01 février 2010

pause zen et énergie !

IMG_6152

Posté par clise à 21:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


29 janvier 2010

Cycles

Les choses de l'enfance ne meurent pas,
elles se répètent comme les saisons.

Eleanor farjeon

Posté par clise à 20:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 janvier 2010

Zola Jackson de Gilles leroy

Août 2005, delta du Mississippi : l'ouragan Katrina s'abat sur la Nouvelle-Orléans. Les digues cèdent au lac Ponchartrain et les quartiers modestes sont engloutis. La catastrophe touche de plein fouet la communauté noire. Tandis que ses voisins attendent les secours qui mettront des jours à arriver, l'institutrice Zola Jackson s'organise chez elle pour sa survie. L'eau continue de monter, inexorablement. Depuis le ciel, les hélicoptères des télévisions filment la mort en direct. Réfugiée dans le grenier avec sa chienne Lady, Zola n'a peut-être pas dit son dernier mot.

J'ai adoré!  grande sensibilité, bien écrit, petit livre comme je les aime...

Posté par clise à 08:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 janvier 2010

Haïkus de prison de Lutz Bassmann

"Le monde est devenu plus rude. On ne peut plus comme avant contempler les fleurs des cerisiers ni philosopher avec des amis autour d'une coupe de vin. Désormais, quand on regarde les nuages, c'est à travers les barbelés. Quand on s'endort, c'est dans la promiscuité et les mauvaises odeurs. Plus rien n'est paisible. La poésie persiste en dépit des circonstances, l'humour et le détachement continuent à ordonner l'existence, mais la voix s'éraille. La voix ne cherche plus à faire preuve d'élégance. Celui qui parle veut surtout, avant d'être brisé, apporter son témoignage."

Ce livre est superbe, écrit à la façon des haïkus, 489 fois  trois courtes phrases pour dire la violence, l'horreur, la prison, tracer des portraits... de manière extrêmement poétique, j'ai adoré ce style très spécial .

Posté par clise à 16:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 janvier 2010

5 ans

Souvenirs d’enfant


Quand j’ai eu 5 ans, je suis allée pour la première fois à l’école.

Deux jours plus tard j’ai déclaré à ma mère que si c’était
pour empiler des cubes je pouvais très bien le faire à la maison !


Quand j’ai eu 6 ans je suis retournée à l’école pour la deuxième fois
et je suis rentrée en douzième.


Quand j’avais 5 ans nous étions quatre plus une…cinq enfants,
nous dormions tous dans la même chambre, blottis dans le nid,
collés, et je n’avais pas peur de la nuit ni de la solitude.


Quand j’avais 5 ans je récitais la chèvre de monsieur Seguin,

Je n’avais ni son audace, ni sa frénésie de liberté


Quand j’avais 5 ans j’ai attrapé la rougeole, la varicelle
Et la coqueluche.
J’avais besoin que l’on m’aime.


consigne :cinq ans

Posté par clise à 17:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Récitation d'hiver de Jacques Prévert

Chanson pour les enfants l'hiver

Dans la nuit de l'hiver
Galope un grand homme blanc.
Galope un grand homme blanc.
C'est un bonhomme de neige
Avec une pipe en bois
Un grand bonhomme de neige
Poursuivi par le froid.
Il arrive au village
Il arrive au village
Voyant de la lumière, le voilà rassuré.
Dans une petite maison, il entre sans frapper.
Dans une petite maison, il entre sans frapper.
Et pour se réchauffer
Et pour se réchauffer
S'assoit sur le poêle rouge
Et d'un coup disparaît.
Ne laissant que sa pipe
au milieu d'une flaque d'eau
Ne laissant que sa pipe
et puis son vieux chapeau.

Posté par clise à 11:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

22 janvier 2010

Pensée

Que chacun raisonne en son âme et conscience,
qu'il se fasse une idée fondée sur ses propres lectures
et non d'après les racontars des autres.

d'Albert Einstein

Posté par clise à 07:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 janvier 2010

Marie

Elle s’appelait marie
Fervente parpaillote
Fille de pasteur
Il ne lui restait que son chat
Elle était la sœur de François
L’ami fidèle de mes parents
Le parrain de ma sœur
Elle avait eu un chien
Genre berger à poil long
Qui la suivait partout
Dans sa vieille voiture
Il sentait trop mauvais
Elle ressemblait tellement
A son frère, tellement masculine
Qu’à sa fenêtre un jour
J’ai cru le revoir lui, ressuscité
Elle était bourrue, brute de forme
Avec un cœur gros comme ça
Elle avait travaillé dans le social
Elle avait des idées carrées
Un sale caractère, c’était sa force
Solitaire, unique en son genre
Elle avait tout donné  aux diaconesses
Même le cimetière familial à Gourguet
Dans lequel elle reposera avec ses parents
Elle disait souvent: c’est pas gâteau
Elle était à bout de souffle
Elle vivait seule avec son chat
La flamme a longtemps vacillé
Hier elle s’est éteinte
Je l’aimais bien

Posté par clise à 21:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 janvier 2010

Inspiré de Vigny

Les nuages couraient sur la lune enflammée

Les moustiques zigzaguaient énervés

Les lucioles clignotaient bizarrement

Des fourmis envahissaient mes mains,

Mes pieds et grimpaient en rangs serrés

Un énorme cafard grignotait mes méninges

Attaquait mon moral, disloquait mon être

Une coccinelle est passée, bête à bon dieu

Avec elle je me suis envolée vers d’autres cieux.

consigne: placer dans le texte la phrase :
"les nuages couraient sur la lune enflammée"

Posté par clise à 09:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 janvier 2010

Quelques vérités glanées sur la toile

1.    Dans la vie, tout ce qui n'avance pas recule.

2.    Apprenez des erreurs des autres, vous ne vivrez pas assez longtemps pour toutes les commettre vous-même.

3.    Se tromper est humain, le reconnaître est surhumain.

4.    Les seules personnes qui ne se trompent jamais sont celles qui ne font rien.

5.    C'est en trébuchant qu'on apprend à marcher.

6.    Celui qui ne s'est jamais trompé, n'a rien découvert.

7.    L'expérience, c'est le nom que chacun donne à ces erreurs.

8.    Exiger la confiance avant de l'avoir gagnée, c'est vouloir se faire payer pour un travail que l'on n’a pas fait.

9.    Sois lent à choisir tes ami(e)s et encore plus à t'en défaire.

10.  Si tu n'as pas ce que tu aimes, aimes ce que tu as!

11.  Si votre problème est une mauvaise mémoire, oubliez-le.

          Si vous êtes ce que vous faites
alors ne faites pas ce que vous n'êtes pas

Posté par clise à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]