Bribes de mots

11 novembre 2016

Aquarium de David vann

Caitlin, douze ans, habite avec sa mère dans un modeste appartement d'’une banlieue de Seattle. Afin d'’échapper à la solitude et à la grisaille de sa vie quotidienne, chaque jour, après l’école, elle court à l’'aquarium pour se plonger dans les profondeurs du monde marin qui la fascine. Là, elle rencontre un vieil homme qui semble partager sa passion pour les poissons et devient peu à peu son confident. Mais la vie de Caitlin bascule le jour où sa mère découvre cette amitié et lui révèle le terrible secret qui les lie toutes deux à cet homme.

Le récit est un peu lent à démarrer et puis impossible à lâcher, je l'ai lu quasiment d'une traite ....et j'ai adoré !
La violence intérieure, le passé qui vous rattrape,à la limite de la folie....
Je regarderai les poissons et leur monde autrement !!!!

 

Posté par clise à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 octobre 2016

Petit pays de Gaël Faye

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’'expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’'Afrique brutalement malmené par l’'Histoire. Gabriel voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l’'envahit, l’'imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français.

Un grand coup de coeur pour un petit livre sur un petit pays !
La violence est là mais juste assez et pas trop, vue à travers les yeux d'un enfant.
c'est juste un excellent livre.

Bien sur j'ai repensé à mon ami et collégue Bernard le burundais exilé à kinshasa
bien sur j'ai pensé à ma nièce rwandaise
mais n'empêche ce livre m'a touché !

Posté par clise à 06:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

10 octobre 2016

Tropique de la violence de Nathacha Appanah

Tropique de la violence est une plongée dans l’enfer d’une jeunesse livrée à elle-même sur l’île française de Mayotte, dans l’océan Indien. Dans ce pays magnifique, sauvage et au bord du chaos, cinq destins vont se croiser et nous révéler la violence de leur quotidien.

J'ai plongé dans ce livre....et j'ai aimé !
malgré la violence, ce livre est superbe.
Et tout ceci se passe sur une terre française ?
Et ici on ne parle jamais de Mayotte ?....

Posté par clise à 13:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 septembre 2016

Nos vies insoupçonnées de Anaïs Jeanneret

Une petite fille perdue. Une femme qui a fait le mauvais choix. Un commissaire désabusé et romantique. Une institutrice en colère. Une gloire des médias au parcours inattendu. Une mère et son fils dont la rencontre a scellé des liens d'autant plus solides que leurs passés furent chancelants. Autant de vies en apparence si banales... jusqu'à ce que l'écriture d'Anaïs Jeanneret en dévoile les subtils décalages et entrelacs : cette part du hasard, de la rencontre, ou encore du désir qui les fait soudainement palpiter et les relie les unes aux autres sous l'effet d'une force insoupçonnée. (babelio)

J'ai commencé à lire et plus rien ne pouvait m'arrêter....et tant mieux parce que ces histoires s'entremêlent pour n'en faire qu'une , c'est bien écrit, très fluide , j'ai beaucoup aimé !

Posté par clise à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 septembre 2016

La sainte famille de Florence Seyvos

Suzanne et Thomas passent chaque été dans une maison qui est comme une présence, une maison aux portes closes.  Derrière l’'une de ces portes, leur arrière-grand-mère agonise. Parmi les adultes qui les entourent, une mère follement autoritaire, un oncle veule et un maître d’école sadique dessinent les figures d’'une inquiétante toute-puissance. Seule Odette, qui est presque une simple d’'esprit, se préoccupe des enfants. Et puis il y a Mathilde, la cousine tyrannique, qui ment tout le temps et, pourtant, dit la vérité. Obsédée par le blasphème, Suzanne imagine que le Mal s’insinue, se développe, se transmet comme par contagion. Bien des années, plus tard, elle revisite ce passé, comme s’il recelait un secret encore à découvrir.

Un livre fort, bien écrit, qui nous proméne dans les dédales de l'enfance, des fragments de vie, j'ai beaucoup aimé.  La critique de Clara en cliquant : ICI

Posté par clise à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


05 septembre 2016

Mon fils va venir me chercher de Patrick Breuzé

En Savoie, dans les années cinquante. Camille, une jeune Parisienne, vient s’installer dans un village de la vallée de Chamonix. Elle a acheté un chalet que le propriétaire a quitté précipitamment, sans rien emporter. Quand elle apprend que l’ancien occupant était guide de haute montagne, elle n’est pas étonnée. Elle a trouvé des carnets dans lesquels celui-ci répertoriait ses courses d’alpinisme.
Un épisode intrigue Camille : le guide relate comment il est resté bloqué pendant plusieurs jours en plein hiver sur une paroi rocheuse dans l’attente désespérée des secours. Parmi les sauveteurs, il y avait son fils. Camille tente d’en savoir plus auprès des anciens guides de la vallée. Ce qu’elle apprend la bouleverse. Mais sa curiosité suscite une curiosité inverse : pourquoi est-elle venue ici ? Qu’est-ce qui l’a attirée dans ce village du bout du monde ? Au contact des rudes montagnards, Camille se délivrera peu à peu d’un trop lourd secret.

Un superbe livre, plein d'humanité, la solidarité des hommes, la montagne.un excellent moment de lecture.

Posté par clise à 17:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

27 août 2016

Dans les prairies étoilées de Marie-Sabine Roger

Merlin, auteur d’une série BD à succès, perd son vieux copain Laurent, qui lui a inspiré son héros, Jim Oregon. Comment continuer à le faire vivre dans ses dessins, d’autant que dans son "testament", Laurent lui impose deux contraintes pour l’album à venir…. Marie-Sabine Roger s’amuse allègrement à jongler entre deux mondes, celui de la réalité et de la BD, et donne naissance comme toujours à une tribu de personnages tout en couleurs.( Babelio)

Un excellent moment de lecture ! alors que tout aurait pu être triste, c'est émouvant et drole, j'ai vraiment aimé ce livre atypique.

Posté par clise à 06:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2016

La valse de Valeyri de Guomundur Andri Thorsson

La valse de Valeyri se lit comme un roman polyphonique. Seize destins sont évoqués en autant de chapitres, dans une parfaite unité de temps et de lieu : nous sommes à Valeyri, un village de pêcheurs islandais, pendant un après-midi de la Saint-Jean. La petite commune de mille âmes se prépare pour le grand concert de la chorale dirigée par Kata, et à l'heure où cette jeune musicienne slovaque traverse le village à vélo pour se rendre à la salle des fêtes, chacun des protoganistes du livre se laisse aller à ses pensées.
Kalli, qui sera le soliste de la chorale, se repose au milieu de son atelier rempli d'un fatras qui lui semble représentatif de sa vie ; c'est lui qui avait arraché Kata à une boîte de strip-tease de la capitale où elle avait atterri après avoir été enlevée de son pays. Le pasteur du village a joué au poker en ligne toute la nuit, il sort une autre bière du frigo et s'apprête à se faire passer pour malade afin de ne pas avoir à assister au concert.
Au même moment, deux couples amis prennent une collation et se souviennent de la crise de 2008 qui a failli les ruiner, mais aussi des mensonges et des infidélités de chacun. Un homme d'une soixantaine d'années qui est venu de Reykjavik pour vivre à Valeyri, le village de ses ancêtres, repense à sa vie d'avant, marquée par sa riche carrière de publicitaire. Le vieux Lalli, qui a perdu le sens de l'orientation, se remémore le moment où il avait choisi d'avouer à son épouse mourante son amour pour une autre femme...

Histoires enchevêtrées: j'ai adoré l'atmosphère, le rythme, la brume, chacun des personnages dont les vies s'entrecroisent, la poésie du texte.

Posté par clise à 06:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juillet 2016

Marie Nimier -

" Une jeune femme sans nom arrive dans une île, en été. Elle traverse en autobus un paysage aride jusqu'à une plage où elle est déjà venue avec un ami. Elle se souvient d'une grotte où ils se sont aimés. Il n'y a personne sur la plage, pas un souffle de vent. La taverne est fermée. Elle se baigne nue. Est-elle aussi seule qu'elle le croit ? " Lorsque l'inconnue " se dirige vers la grotte où elle avait fait l'amour avec son ami juste avant de rompre, elle aperçoit une très jeune fille (la " petite ") et son père (le " colosse ") qui se sont installés là.
Elle reste quatre jours à les épier, puis se découvre en leur volant une orange. L'homme est d'abord un peu rude. Il est divorcé et passe ici ses vacances avec sa fille qu'il adore. La petite est un peu étrange, parfois elle bégaie, paraît handicapée, parfois non, elle est vive et n'est plus vierge, à l'entendre. Assez vite le trio se forme, l'inconnue est attirée par le colosse, et réciproquement, elle est fascinée par la petite, délicieuse d'ambiguïté.
Le colosse s'absente un jour au village et revient, fait l'amour avec l'" inconnue ". Puis celle-ci se réveille un matin et constate qu'ils sont partis... Bien des choses restent dans l'ombre ou l'équivoque, et c'est parfait ainsi. Il règne sur ce court roman une sensualité muette qui ne dissipe pas le mystère du désir entre un père et une fille. L'" inconnue " fait brièvement passer le courant, l'équation reste irrésolue.
Du pur Marie Nimier.( Babelio)

J'ai aimé cette étrangeté, un très beau livre .

Posté par clise à 06:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 juillet 2016

En attendant Bojanglés d'Olivier Bourdeaut

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur "Mr. Bojangles" de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n'’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis.
Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c'’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’'est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mademoiselle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’'appartement. C'’est elle qui n'’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.
Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l'’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.L'’amour fou n’'a jamais si bien porté son nom.
L’'optimisme des comédies de Capra, allié à la fantaisie de L'’Écume des jours.

J'ai adoré, juste superbe ! et ce grain de folie que j'aime tant retrouver dans les romans !

Posté par clise à 06:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :