Bribes de mots

18 août 2017

Les bottes suédoises de Henning Mankell

Fredrik Welin, médecin à la retraite, vit reclus sur son île de la Baltique. Une nuit, une lumière aveuglante le tire du sommeil. Au matin, la maison héritée de ses grands-parents n’'est plus qu'’une ruine fumante. Réfugié dans la vieille caravane de son jardin, il s'’interroge: à soixante-dix ans, seul, dépossédé de tout, a-t-il encore une raison de vivre ? Mais c’'est compter sans les révélations de sa fille Louise et sans l’'apparition de Lisa Modin, journaliste de la presse locale. Tandis que l'’hiver prend possession de l’'archipel, tout va basculer de façon insensible jusqu’à l’'inimaginable dénouement.
Après l’'immense succès des Chaussures italiennes, auquel il fait suite, Les Bottes suédoises brosse le portrait en clair- obscur d’'un homme qui revisite son destin, tenaillé par le doute, le regret, la peur face à l’ombre grandissante de la mort, mais animé aussi par le désir et la soif d’'amour.
Tel est l'’ultime roman de Henning Mankell : une oeœuvre d’'une sobriété élégiaque et poignante, traversée et portée par la beauté crépusculaire des paysages.

La suite des bottes italiennes que j'ai adoré !

Posté par clise à 14:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


Les chaussures italiennes de Henning Mankell

sA soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l’'archipel. Depuis qu'’une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s'’est isolé des hommes. Pour se prouver qu'’il est encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s'’y immerge chaque matin. Au solstice d’'hiver, cette routine est interrompue par l’'intrusion d’'Harriet, la femme qu'’il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt. Fredrik ne le sait pas encore, mais sa vie vient juste de recommencer.

Le temps de deux solstices d'’hiver et d'’un superbe solstice d’été, dans un espace compris entre une maison, une île, une forêt, une caravane, Mankell nous révèle une facette peu connue de son talent avec ce récit sobre, intime, vibrant, sur les hommes et les femmes, la solitude et la peur, l’'amour et la rédemption.Babelio

J'ai juste adoré !  original, je me suis attachée aux personnages et sur la lancée j'ai lu les bottes suédoises !
Une belle lecture de vacances !

Posté par clise à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 juin 2017

Une vie à t'écrire de Julia Montejo

L'histoire incroyable d'une rebelle passionnée qui a su affronter le temps et les océans pour tracer son propre chemin et faire le choix de la liberté.Un soir, sur une plage du Pays basque espagnol, un écrivain en mal d'inspiration rencontre Amaia, une jeune femme mystérieuse. Elle est persuadée d'avoir déjà vécu au XVIIe siècle et d'avoir alors traversé les océans pour gagner l'Islande où les Basques partaient chasser la baleine. Au péril de sa vie, à une époque où les femmes n'avaient d'autres choix que l'obéissance et le silence, elle a su conquérir son indépendance et sa liberté. Là-bas, elle a rencontré Erik, son amour éternel, dont le souvenir ne cesse de la hanter. Amaia est-elle folle à lier ? C'est ce que commence par croire Asier avant d'être emporté par la force de son histoire. Envoûté, le jeune homme transforme le récit de cette étrange et attirante muse en roman. Le souffle des mots l'habite enfin. Est-ce seulement un roman qui s'écrit ou une histoire est-elle en train de naître entre ces deux âmes solitaires ?" Un roman qui oscille entre fable et Histoire sur près de quatre siècles. " El País" S'inspirant de Moby Dick et jouant avec le passé et le présent, Julia Montejo nous offre une métaphore autour de la création et la folie. " El Progreso

Un livre incroyable dans sa construction, entre réalité et folie...
Alors bien sur j'ai adoré !

Posté par clise à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2017

l'enfant qui de Jeanne Benameur

Dans l'absence laissée par la disparition inexpliquée de sa mère, un enfant, son père et sa grand-mère partent chacun à la reconquête de leur place et de leur présence au monde.

Dix-sept ans après le choc des Demeurées, Jeanne Benameur, fidèle aux âmes nues, pose avec L'enfant qui, texte talisman, une nouvelle pierre sur le chemin le plus juste vers la liberté.

Porté par la puissance de l'imaginaire, L'enfant qui raconte l'invention de soi, et se déploie, sensuel et concret, en osmose avec le paysage et les élans des corps, pour mieux trouver l'envol. ( Babelio)

J'ai adoré ! tout ! et surtout l'écriture ....

Pour en savoir plus un blog que j'aime bien !   cliquez ICI

Posté par clise à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 mai 2017

Ma mère cette inconnue de Philippe Labro

"Netka, il y a du slave dans ce nom qui sonne clair. Elle a cinquante pour cent de sang polonais dans ses veines. Il me faudra beaucoup de temps pour identifier la Pologne, chercher la trace du père inconnu, éclaircir les mystères, imaginer l'enfant-valise, la petite fille abandonnée. Elle est, elle était ma mère. »
Philippe Labro.

Posté par clise à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


17 avril 2017

N'Ba de Aya Cissoko

« Ba » veut dire mère en bambara. « N’'Ba » signifie « ma mère ». N'’Ba est l’'hommage d’'une fille, Aya Cissoko, à sa mère, née dans un petit village malien et qui débarque en France au milieu des années 70, habillée d’'un simple boubou en wax, et chaussée de tongs en plastique.

Le livre s’'ouvre sur la mort de cette mère, que l’'auteur fait revivre en fouillant dans ses propres souvenirs. C'’est l’'occasion pour le lecteur de plonger dans la culture de l’'Afrique de l’'Ouest où les femmes sont les piliers de la famille, en charge de l'’éducation des enfants, gardienne des traditions et de leurs transmissions, gardiennes de la langue aussi, qui rythme ce texte.

N’'Ba est ainsi le regard croisé de deux femmes : la mère, qui se bat pour la préservation de son identité malgré une vie qui n’'est qu’une succession d’'épreuves ; sa fille, qui tente de se construire en rupture avec ce qui a fait sa mère. Deux femmes que leur destin rapproche et sépare à la fois.( babelio)

Un superbe livre  que je vous conseille vivement !

Posté par clise à 13:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

30 mars 2017

Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar d'Antoine Choplin

Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar ou comment un jeune cheminot de Trutnov (Tchécoslovaquie) croise sur son chemin Vaclav Havel, comment une amitié se noue entre les deux hommes entre parties d'échecs et bières partagées jusqu'au balcon du Château, place Venceslas, à Prague... Le dernier roman d'Antoine Choplin, inspiré d'une histoire vraie, s'intéresse comme souvent aux humbles et montre comment, parfois, le destin les porte, les fait basculer du côté des justes et les fait participer, presque par hasard, à la grande Histoire...(babelio)

J'adore lire cet auteur, j'ai adoré ce livre ! Dites moi ce que vous en pensez !

Posté par clise à 06:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 mars 2017

Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson

De passage dans sa région natale, le narrateur, qui n'est autre que Philippe Besson, aperçoit au détour d'une rue une silhouette, un visage, dont la ressemblance avec son premier amour le frappe tel un coup de poignard. S'ensuit le récit de la rencontre, vingt-cinq ans plus tôt, entre deux adolescents que tout oppose : l'un, plutôt timide, est fils d'instituteur, élève studieux et lecteur chevronné ; l'autre est enfant de paysans, rebelle, charismatique et mystérieux, coqueluche des filles du lycée.

Philippe Besson nous explique tout.... on comprend alors le pourquoi de ses précédents livres
tout est dit, j'aime cette écriture, le style , l'émotion, à lire absolument  si vous aimez cet auteur !

Posté par clise à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 février 2017

l'odeur de la forêt d'Hélène Gestern

Un hasard professionnel met entre les mains d’Elisabeth Bathori, une historienne de la photographie, les lettres et l'’album d'’Alban de Willecot. Ce lieutenant, mort au front en 1917, a été l’'ami d’'un des plus grands poètes de son temps, Anatole Massis, et a entretenu avec lui une abondante correspondance.

D’'abord aiguillonnée par l’'espoir de retrouver les réponses de Massis, Élisabeth, qui reprend le travail après de longs mois de deuil, se prend peu à peu d’'affection pour Willecot, que la guerre a arraché à ses études d’'astronomie et qui vit jour après jour la violence des combats. Elle se lance à la recherche de Diane, la jeune femme dont le lieutenant était éperdument amoureux, et scrute chacune des photographies qu'’il a prises au front, devinant que derrière ces visages souriants et ces régiments bien alignés se cache une autre tragédie, dont les descendants croiseront à leur tour la grande Histoire durant la Seconde guerre mondiale.

L’'Odeur de la forêt est une traversée de la perte, à la recherche des histoires de disparus, avalés par la guerre, le temps, le silence. Mais il célèbre aussi la force inattendue de l’'amour et de la mémoire, lorsqu’'il s’'agit d’'éclairer le devenir de leurs traces : celles qui éclairent, mais aussi dévorent les vivants.( babelio)

Juste un excellent livre, malgré les 700 pages ( moi qui n'aime pas les pavés !) je n'ai pas sauté une ligne !
l'écriture est belle, le récit à plusieurs porte d'entrée, je me suis laissé emporter ....

J'avais déjà lu et aimé de cette auteure, Eux sur la photo. 

Mon blog zen  c'est ICI

Posté par clise à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 février 2017

Le bureau des jardins et des étangs de Didier Decoin

Japon, aux alentours de l'an Mil, Shimae, un village paysan sur les bords de la rivière Kusagawa. Cet humble village a un talent : celui d'abriter le pêcheur Katsuro, virtuose dans l'art d'attraper et de transporter des carpes de grande valeur vers la ville impériale d'Heiankyo, la cité de tous les raffinements, de tous les plaisirs, et surtout la ville où se trouve le bureau des jardins et des étangs. À la mort de katsuro, qui se noie dans la rivière, qui parmi les villageois va pouvoir prendre sa suite ? Poser sur son dos le lourd fardeau des nacelles d'osier où tournoient les carpes boueuses et, en équilibre, marcher jusqu'à l'épuisement, traverser tous les dangers jusqu'à la capitale ? Qui ? Sinon la veuve de Katsuro, la ravissante, l'effarouchée, la délicate Miyuki. Mais sera-t-elle capable d'une tâche pareille ? (babelio)

J'ai adoré ! juste superbe ....

Mon blog ZEN c'est ICI

Posté par clise à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :