28 avril 2016

La renverse d'Olivier Adam

Antoine, 25 ans, employé de librairie en Bretagne, apprend la mort de Jean-François Laborde: personnalité politique célèbre, ancien maire et ancien ministre, sa carrière avait été entachée dix ans plus tôt par une affaire de viols et d'abus sexuels à laquelle la mère d'Antoine, Cécile Brunet, avait été mêlée. Obligé de se replonger dans ce trouble passé, Antoine devient acteur de sa propre vie.

Je me dis toujours que j'arrête de lire Olivier Adam..et puis le dernier livre arrive toujours chez moi et je le lis!Pour celui-çi, je ne regrette pas ....toujours les mêmes thèmes déclinés, la même grisaille, des variantes....Si vous aimez l'auteur vous ne serez pas déçu !

Posté par clise à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


26 avril 2016

Le pique nique des orphelins de louise Erdrich

La dernière chose que Mary et Karl entrevoient de leur mère, c'est la flamme de ses cheveux roux émergeant du biplan qui l'emporte pour toujours aux côtés d un pilote acrobate... Devenus orphelins, les enfants montent dans un train de marchandises afin de trouver refuge chez leur tante, dans le Dakota du Nord.
Ainsi commence, en 1932, une chronique familiale qui s'étend sur plus de quarante ans, et fait vivre toute une galerie de personnages hors du commun en proie aux paradoxes de l'amour.
Cette nouvelle traduction du deuxième roman de Louise Erdrich, paru aux États-Unis en 1986, permet de (re)découvrir l'un de ses plus beaux livres, qui préfigure déjà la puissance et la beauté d'une des oeuvres les plus singulières de la littérature américaine. ( babelio)

Une saga familiale originale, j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette auteur et ce livre ( une réédition)

Posté par clise à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 avril 2016

Soeurs de miséricorde de Colombe Schneck

"Elle n'a pas le choix, elle doit partir. A Santa Cruz, tout est fermé, plus rien ne circule, l'argent, les gens, même les fruits pourrissent sur les arbres. Les femmes partent les unes après les autres, de plus en plus loin. comment trouver du travail, un logement, quand on ne connaît personne ? Ni la langue, ni les rues, ni ce qu'on mange, ni les règles ?"

Née en Bolivie dans une famille indigène, Azul a grandi dans un paradis où les fruits, les fleurs, les couleurs, les goûts prospéraient. Immigrée économique, laissant mari et enfants, langue et robes indiennes, rires et prières, elle va découvrir l'Europe et ses riches propriétaires. Comment montrer à ses patronnes ce que leurs yeux ne voient pas du monde ? Comment conserver la bonté reçue dans l'enfance ?

Un superbe livre, qui laisse à réfléchir.... de la solidarité, des femmes, de la richesse qui ne rend pas forcément heureux, des valeurs....

Posté par clise à 15:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 mars 2016

Abraham et fils de Martin Winckler

Un jour du printemps 1963, une Dauphine jaune se gare devant le monument aux morts, sur la grand-place de Tilliers, petite ville de la Beauce. Elle transporte Abraham Farkas, médecin rapatrié d'Algérie,  proche de la cinquantaine et son fils Franz, âgé de neuf ans et demi. Abraham n’a qu’une seule préoccupation : son fils. Franz, lui, en a deux : son père et les livres. Leur vie a été brisée un an plus tôt par un « accident » qui a laissé Franz amnésique et dont Abraham ne lui parle jamais. Ils s’installent rue des Crocus, dans la grande maison où Abraham va se remettre à travailler. Ils vont devoir apprendre a vivre avec le reste du monde...

Un livre que j'ai adoré, bien qu'il soit un "gros" livre, pas une page ne m'a paru de trop, j'aime cette écriture qui nous raconte le quotidien, la relation d'un père à son file, les non-dits, les liens, les moments simple de la vie, la chaleur des mots...bref si avez aimé les précédents livre de Martin Winckler... à lire !

Posté par clise à 09:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

20 mars 2016

Le mariage de plaisir de Tahar Ben Jelloun

Dans l'islam, il est permis à un homme qui part en voyage de contracter un mariage à durée déterminée pour ne pas être tenté de fréquenter les prostituées. On le nomme "mariage de plaisir". C'est dans ces conditions qu'Amir, un commerçant prospère de Fès, épouse temporairement Nabou, une Peule de Dakar, où il vient s'approvisionner chaque année en marchandises. Mais voilà qu'Amir se découvre amoureux de Nabou et lui propose de la ramener à Fès avec lui. Nabou accepte, devient sa seconde épouse et donne bientôt naissance à des jumeaux. L'un blanc, l'autre noir. Elle doit affronter dès lors la terrible jalousie de la première épouse blanche et le racisme quotidien. Quelques décennies après, les jumeaux, devenus adultes, ont suivi des chemins très différents. Le Blanc est parfaitement intégré. Le Noir vit beaucoup moins bien sa condition et ne parvient pas à offrir à son fils Salim un meilleur horizon. Salim sera bientôt, à son tour, victime de sa couleur de peau.

Un excellent livre, très belle écriture, un livre qui ne laisse pas indifférent.

Posté par clise à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


29 février 2016

Je m'appelle Blue de Solomonica De Winter

Je m'appelle Blue et j'ai treize ans. Je suis une fille sans mots. Vous voulez savoir quand j'ai arrêté de parler ? Le jour où Ollie a braqué une banque pour rembourser ses dettes. Des dettes contractées auprès de James qui voulait s'emparer de son restaurant. ça c'était avant. Avant qu'Ollie, mon papa, me donne mon livre. Avant qu'il meure. Maintenant que le sourire est tombé de mon visage, je suis accro au silence. Au magicien d'Oz. Et à l'envie incontrôlable de tuer James.

Waouh, je ne suis pas de l'oublier celui là, en plus premier roman,l'auteur a 18 ans, un livre qui donne des frissons, un personnage fort et attachant dans sa folie...bref j'ai adoré !

Posté par clise à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 février 2016

Le présent infini s'arrête de Mary Dorsan

 "Bon, j’écris ce qui se passe dans mon service. Je travaille dans un appartement thérapeutique, rattaché à un hôpital psychiatrique. On accueille des adolescents. Très malades, souvent, dont personne ne veut. Qui en plus de leurs troubles psychiatriques, ont des troubles de l’attachement, des pathologies du lien. Alors ça remue ! Ça remue les soignants.
J’écris les souffrances de ces jeunes. La difficulté de les soigner, de les accompagner ou tout simplement de rester là, avec eux. Je tente d’écrire la complexité des relations avec eux et la complexité des effets sur les soignants et les relations des soignants entre eux. Je veux raconter ce que c’est, ce travail, leur vie. Je veux… Dire. Décrire. Montrer. Tout. Le bon et le mauvais. Je voudrais que l’on pense davantage à eux. Ces adolescents sont invisibles ou méconnus dans notre société. Ou incompris. Terriblement vulnérables, fragiles, si près de l’exclusion totale, ils sont à la marge. À la marge de notre pensée, de nos yeux. Au cœur de mon cœur. »

C'est un livre qui raconte la vie des jeunes et de leurs soignants, c'est juste la simple vérité...le vécu des éducateurs et infirmières, le livre fait 700 pages, si vous n'en lisez que 300 peu importe vous aurez compris,vous saurez. Moi j'ai été touchée de retrouver tellement de situations, d'impossibles négociations, de silence et d'écoute...

Clara en plarle  ICI

Posté par clise à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 février 2016

Etta et Otto de Emma Hooper

Dans sa ferme du fin fond du Saskatchewan, Etta, 83 ans, n'a jamais vu l'océan. Un matin, elle enfile ses bottes, emporte un fusil et du chocolat et entame les 3 232 kilomètres qui la séparent de la mer. " J'essaierai de ne pas oublier de rentrer. " C'est le mot qu'elle laisse à Otto, son mari. Lui a déjà vu l'océan, il l'a même traversé des années plus tôt, pour prendre part à une guerre lointaine. Il comprend la décision de sa femme mais, maintenant qu'elle n'est plus là, ne sait plus comment vivre. Russell, l'ami d'enfance d'Otto, a passé sa vie à aimer Etta de loin. Il ne peut se résoudre à la laisser seule et part à sa suite. Et qui sait, peut-être pourra-t-il chasser le caribou en chemin. Bercé par le rythme des vagues, Etta et Otto (et Russell et James)vogue du souvenir à l'oubli. Un roman lumineux sur la mémoire, l'amour et la poésie des mots.

Un très beau et étrange roman, entre douceur et dureté, entre réalité et rêves, une très belle écritureIl se lit comme perché sur un nuage...j'ai beaucoup aimé !

Voila ce qu'en dit Clara: ICI

Posté par clise à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 février 2016

L'arbre de Toraja de Philippe Claudel

Un cinéaste au mitan de sa vie perd son meilleur ami et réfléchit sur la part que la mort occupe dans notre existence. Entre deux femmes magnifiques, entre le présent et le passé, dans la mémoire des visages aimés et la lumière des rencontres inattendues, L’Arbre du pays Toraja célèbre les promesses de la vie.(babelio)

Un essai plus qu'un roman, qui porte à se poser des questions existencielles.
Une lecture facile et agréable.

Posté par clise à 06:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 février 2016

Celle que vous croyez de Camille Laurens

Vous vous appelez Claire, vous avez quarante-huit ans, vous êtes professeur, divorcée. Pour surveiller Jo, votre amant volage, vous créez un faux profil Facebook : vous devenez une jeune femme brune de vingt-quatre ans, célibataire, et cette photo où vous êtes si belle n’'est pas la vôtre, hélas. C’est pourtant de ce double fictif que Christophe – pseudo KissChris – va tomber amoureux.
En un vertigineux jeu de miroirs entre réel et virtuel, Camille Laurens raconte les dangereuses liaisons d’une femme qui ne veut pas renoncer au désir.(Babelio)

J'ai de la chance en ce moment , je ne dévore que des livres qui me plaise beaucoup !
Et celui là donnerait presque le vertige, en mode borderline , très psy... trois parties qui s'entre-coupent, histoire de femmes, de séduction, c'est très bien mené ...j'ai adoré !!!

De l’ironie, du détachement, du savoir, il y a tout cela dans Celle que vous croyez, et bien plus. De la drôlerie, de l’intelligence, une certaine forme de rouerie, aussi. Une rage sourde, encore, et puis ce mélange de gravité et de grâce joueuse qui se répète d’un bout à l’autre de l’œuvre de Camille Laurens, et que l’on retrouve avec un plaisir chaque fois renouvelé.
Le Monde - Raphaëlle Leyris

Posté par clise à 06:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :