11 septembre 2016

La sainte famille de Florence Seyvos

Suzanne et Thomas passent chaque été dans une maison qui est comme une présence, une maison aux portes closes.  Derrière l’'une de ces portes, leur arrière-grand-mère agonise. Parmi les adultes qui les entourent, une mère follement autoritaire, un oncle veule et un maître d’école sadique dessinent les figures d’'une inquiétante toute-puissance. Seule Odette, qui est presque une simple d’'esprit, se préoccupe des enfants. Et puis il y a Mathilde, la cousine tyrannique, qui ment tout le temps et, pourtant, dit la vérité. Obsédée par le blasphème, Suzanne imagine que le Mal s’insinue, se développe, se transmet comme par contagion. Bien des années, plus tard, elle revisite ce passé, comme s’il recelait un secret encore à découvrir.

Un livre fort, bien écrit, qui nous proméne dans les dédales de l'enfance, des fragments de vie, j'ai beaucoup aimé.  La critique de Clara en cliquant : ICI

Posté par clise à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


05 septembre 2016

Mon fils va venir me chercher de Patrick Breuzé

En Savoie, dans les années cinquante. Camille, une jeune Parisienne, vient s’installer dans un village de la vallée de Chamonix. Elle a acheté un chalet que le propriétaire a quitté précipitamment, sans rien emporter. Quand elle apprend que l’ancien occupant était guide de haute montagne, elle n’est pas étonnée. Elle a trouvé des carnets dans lesquels celui-ci répertoriait ses courses d’alpinisme.
Un épisode intrigue Camille : le guide relate comment il est resté bloqué pendant plusieurs jours en plein hiver sur une paroi rocheuse dans l’attente désespérée des secours. Parmi les sauveteurs, il y avait son fils. Camille tente d’en savoir plus auprès des anciens guides de la vallée. Ce qu’elle apprend la bouleverse. Mais sa curiosité suscite une curiosité inverse : pourquoi est-elle venue ici ? Qu’est-ce qui l’a attirée dans ce village du bout du monde ? Au contact des rudes montagnards, Camille se délivrera peu à peu d’un trop lourd secret.

Un superbe livre, plein d'humanité, la solidarité des hommes, la montagne.un excellent moment de lecture.

Posté par clise à 17:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

10 juillet 2016

Marie Nimier -

" Une jeune femme sans nom arrive dans une île, en été. Elle traverse en autobus un paysage aride jusqu'à une plage où elle est déjà venue avec un ami. Elle se souvient d'une grotte où ils se sont aimés. Il n'y a personne sur la plage, pas un souffle de vent. La taverne est fermée. Elle se baigne nue. Est-elle aussi seule qu'elle le croit ? " Lorsque l'inconnue " se dirige vers la grotte où elle avait fait l'amour avec son ami juste avant de rompre, elle aperçoit une très jeune fille (la " petite ") et son père (le " colosse ") qui se sont installés là.
Elle reste quatre jours à les épier, puis se découvre en leur volant une orange. L'homme est d'abord un peu rude. Il est divorcé et passe ici ses vacances avec sa fille qu'il adore. La petite est un peu étrange, parfois elle bégaie, paraît handicapée, parfois non, elle est vive et n'est plus vierge, à l'entendre. Assez vite le trio se forme, l'inconnue est attirée par le colosse, et réciproquement, elle est fascinée par la petite, délicieuse d'ambiguïté.
Le colosse s'absente un jour au village et revient, fait l'amour avec l'" inconnue ". Puis celle-ci se réveille un matin et constate qu'ils sont partis... Bien des choses restent dans l'ombre ou l'équivoque, et c'est parfait ainsi. Il règne sur ce court roman une sensualité muette qui ne dissipe pas le mystère du désir entre un père et une fille. L'" inconnue " fait brièvement passer le courant, l'équation reste irrésolue.
Du pur Marie Nimier.( Babelio)

J'ai aimé cette étrangeté, un très beau livre .

Posté par clise à 06:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 juillet 2016

En attendant Bojanglés d'Olivier Bourdeaut

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur "Mr. Bojangles" de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n'’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis.
Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c'’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’'est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mademoiselle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’'appartement. C'’est elle qui n'’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.
Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l'’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.L'’amour fou n’'a jamais si bien porté son nom.
L’'optimisme des comédies de Capra, allié à la fantaisie de L'’Écume des jours.

J'ai adoré, juste superbe ! et ce grain de folie que j'aime tant retrouver dans les romans !

Posté par clise à 06:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 juillet 2016

Un instant de grâce de Clémence Hepburn

1964. Dublin. Mel Ferrer, le mari d'Audrey Hepburn, organise une rencontre entre la jeune femme et celui qu'elle n'a pas vu depuis près de trente ans, Joseph, son père, qui avait abandonné sa famille pour mieux embrasser ses idéologies fascistes et dont la trace s'est perdue dans le fracas de la seconde guerre mondiale.
Vacances Romaines, Sabrina, Diamants sur Canapé ont fait d'Audrey Hepburn l'une des icônes d'Hollywood et l'objet de tous les regards, mais en filigrane de cette réunion se dessinent sa personne secrète et les pans de vie qu'elle a voulu sublimer : la mémoire de l'Occupation, une survie miraculeuse, une vocation contrariée de danseuse, des doutes et fêlures qui ne rendent que plus inconditionnel son désir de donner et de vivre.
Par-delà les triomphes et les fantômes, c'est une femme aussi fragile que volontaire et terriblement exigeante envers elle-même, implacablement humble et anxieuse que Clémence Boulouque s'attache à dépeindre avec une austère douceur. (babelio)

J'ai aimé, j'ai appris, je connaissais mal Audrey Hepburn.....

Posté par clise à 06:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


04 juillet 2016

Les maraudeurs de Ton Cooper

Petite ville de Louisiane dévastée par l'ouragan Katrina, Jeanette survit tant bien que mal grâce à la pêche à la crevette. Mais cinq ans plus tard, la marée noire provoquée par la rupture d'une plateforme pétrolière vient polluer ses côtes, livrant les habitants au désespoir.

On y croise quelques personnages hauts en couleur ou parfois franchement inquiétants : Gus Lindquist, un pêcheur manchot esquinté par la vie, accro à l'alcool et aux antidouleurs, qui a gardé au coin de sa tête son rêve de gosse : retrouver le trésor du célèbre flibustier Jean Lafitte; Hanson et Cosgrove, deux losers magnifiques, et Wes Trench, un adolescent en rupture avec son père; les frères Toup, jumeaux psychopathes, qui accessoirement cultivent la meilleure marijuana du coin; ou encore Brady Grimes, mandaté pour inciter les familles sinistrées à renoncer aux poursuites judiciaires en échange d'un chèque...

Mariant avec une virtuosité réjouissante noirceur, cynisme et humour corrosif, Tom Cooper réussit à rendre palpables la torpeur du bayou et le désarroi d'une communauté qui lutte tant bien que mal contre sa propre disparition.

J'ai possé un excellent moment  de lecture, c'est un peu barjo, c'est drôle, c'est triste, c'est hors normes!

Posté par clise à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 mai 2016

D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan

"Ce livre est le récit de ma rencontre avec L. L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu'un écrivain ne devrait jamais croiser."
Dans ce roman aux allures de thriller psychologique, Delphine de Vigan s'aventure en équilibriste sur la ligne de crête qui sépare le réel de la fiction. Ce livre est aussi une plongée au cœur d'une époque fascinée par le Vrai.

D'ordinaire, je ne parle ici que des livres que j'ai aimé...mais voila une exception!
je n'ai pas aimé ! je vous en parle quand même parce que beaucoup d'ami(e)s ont adoré...voila, on peut adorer !
Ce livre m'a beaucoup dérangé en particulier parce que "François est trop présent dans ce livre "....

Posté par clise à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 avril 2016

Une colère noire de Ta Nehisi Coates

Dans cet ouvrage, le journaliste américain démontre qu'en dépit des luttes pour les droits civiques, de la production d'une culture avec ses icônes (Frederick Douglass, Billie Holliday, Martin Luther King) et de l'élection d'un président noir, les violences contre les Noirs n'ont jamais cessé aux Etats-Unis.
Qu'est ce qu'être noir aujourd'hui aux Etats Unis?
Un livre à lire absolument pour avoir un autre regard sur la question, un livre pour comprendre les réactions aux violences,
j'ai vraiment aimé cette approche très différente.

Posté par clise à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 avril 2016

La renverse d'Olivier Adam

Antoine, 25 ans, employé de librairie en Bretagne, apprend la mort de Jean-François Laborde: personnalité politique célèbre, ancien maire et ancien ministre, sa carrière avait été entachée dix ans plus tôt par une affaire de viols et d'abus sexuels à laquelle la mère d'Antoine, Cécile Brunet, avait été mêlée. Obligé de se replonger dans ce trouble passé, Antoine devient acteur de sa propre vie.

Je me dis toujours que j'arrête de lire Olivier Adam..et puis le dernier livre arrive toujours chez moi et je le lis!Pour celui-çi, je ne regrette pas ....toujours les mêmes thèmes déclinés, la même grisaille, des variantes....Si vous aimez l'auteur vous ne serez pas déçu !

Posté par clise à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 avril 2016

Le pique nique des orphelins de louise Erdrich

La dernière chose que Mary et Karl entrevoient de leur mère, c'est la flamme de ses cheveux roux émergeant du biplan qui l'emporte pour toujours aux côtés d un pilote acrobate... Devenus orphelins, les enfants montent dans un train de marchandises afin de trouver refuge chez leur tante, dans le Dakota du Nord.
Ainsi commence, en 1932, une chronique familiale qui s'étend sur plus de quarante ans, et fait vivre toute une galerie de personnages hors du commun en proie aux paradoxes de l'amour.
Cette nouvelle traduction du deuxième roman de Louise Erdrich, paru aux États-Unis en 1986, permet de (re)découvrir l'un de ses plus beaux livres, qui préfigure déjà la puissance et la beauté d'une des oeuvres les plus singulières de la littérature américaine. ( babelio)

Une saga familiale originale, j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette auteur et ce livre ( une réédition)

Posté par clise à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :