25 août 2018

Mon étrange soeur de Marie Le Gall

« Nous nous sommes tout de suite reconnues, et il était écrit que j’'allais obéir à tes ordres muets. »
C’est l'’histoire de deux soeœurs que dix-neuf années séparent. La plus jeune bouleverse par sa naissance inattendue la vie de la grande, jeune fille extravagante et tourmentée, victime des bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Devenue adulte, la petite raconte la vie de son aînée, sa joie, ses jeux délirants, sa « folie » puis son errance, entre séjours à l'’hôpital et brefs retours dans la maison familiale.
Qui est donc cette « étrange sœoeur » ? De quel mal souffre-t-elle vraiment ? Un doute habite depuis toujours la narratrice, et l'’hypothèse formulée à la mort de son aînée sonne comme une révélation et une délivrance. (Babelio)

Un livre tout en émotion, j'ai adoré ! même si c'est dur .... la psychiatrie après guerre , l'histoire familiale ...le genre de livre que l'on n'oublie pas et que j'aime !

 

 

Posté par clise à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


12 juillet 2018

Femme à la mobylette de Jean-Luc Seigle

Abandonnés par tous, Reine et ses trois enfants n'’arrivent plus à faire face. Sa vie finit par ressembler à son jardin qui n’'est plus qu’'une décharge. Tant de richesses en elle voudraient s’'exprimer et pourtant son horizon paraît se boucher chaque jour davantage. Seul un miracle pourrait la sauver... Il se présente sous la forme d’'une mobylette bleue. Cet engin des années 1960 lui apportera-t-il le bonheur qu’elle cherche dans tous les recoins de ce monde et, surtout, à quel prix ? Jean-Luc Seigle dresse le portrait d’'une femme au bord du gouffre qui va se battre jusqu’au bout. Ce faisant, c’'est une partie de la France d’'aujourd’hui qu’'il dépeint, celle des laissés-pour-compte que la société en crise martyrise et oublie.

J'aime lire cet auteur, et une fois de plus j'ai été prise au piège de la lecture !
Quel portrait de femme dans la détresse !

Un livre juste superbe.

Posté par clise à 09:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

11 juillet 2018

Une longue imptaience de Gaëlle Josse

Ce soir-là, Louis, seize ans, n’'est pas rentré à la maison. Anne, sa mère, dans ce village de Bretagne, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, voit sa vie dévorée par l’'attente, par l'’absence qui questionne la vie du couple et redessine celle de toute la famille.
Chaque jour, aux bords de la folie, aux limites de la douleur, Anne attend le bateau qui lui ramènera son fils. Pour survivre, elle lui écrit la fête insensée qu’'elle offrira pour son retour. Telle une tragédie implacable, l’'histoire se resserre sur un amour maternel infini.
Avec une longue impatience, Gaëlle Josse signe un roman d’'une grande retenue et d’'une humanité rare, et un bouleversant portrait de femme, secrète, généreuse et fière. Anne incarne toutes les mères qui tiennent debout contre vents et marées.
« C’est une nuit interminable. En mer le vent s’est levé, il secoue les volets jusqu’ici, il mugit sous les portes, on croirait entendre une voix humaine, une longue plainte, et je m’efforce de ne pas penser aux vieilles légendes de mer de mon enfance, qui me font encore frémir. Je suis seule, au milieu de la nuit, au milieu du vent. Je devine que désormais, ce sera chaque jour tempête. ( Babel)

Un vrai coup de coeur ce livre, quelle écriture ! rien à ajouter !!!

Posté par clise à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 juillet 2018

Grand frère de Mahir Guven

Grand frère est chauffeur de VTC. Enfermé onze heures par jour dans sa « carlingue », branché en permanence sur la radio, il rumine sur sa vie et le monde qui s’'offre à lui de l’'autre côté du pare-brise.

Petit frère est parti par idéalisme en Syrie depuis de nombreux mois. Engagé comme infirmier par une organisation humanitaire musulmane, il ne donne plus aucune nouvelle.

Ce silence ronge son père et son frère, suspendus à la question restée sans réponse : pourquoi est-il parti ?

Un soir, l'’interphone sonne. Petit frère est de retour.

Dans ce premier roman incisif, Mahir Guven alterne un humour imagé et une gravité qu’'impose la question du terrorisme. Il explore un monde de travailleurs uberisés, de chauffeurs écrasés de solitude, luttant pour survivre, mais décrit aussi l’'univers de ceux qui sont partis faire le djihad en Syrie : l’'embrigadement, les combats, leur retour impossible en France…. Émerge ainsi l'’histoire poignante d’'une famille franco-syrienne, dont le père et les deux fils tentent de s'’insérer dans une société qui ne leur offre pas beaucoup de chances.(Babelio)

J'ai beaucoup , beaucoup aimé ce livre . l'auteur aborde beaucoup de thèmes d'actualité, les deux frères sont attachant, que de questions....voila qui nous améne à réfléchir un peu ... à regarder autrement!

Au début j'ai un peu buté sur le langage de banlieu employé par l'auteur...mais juste à peine et heureusement j'ai continué la lecture de ce superbe livre ! A lire !

Posté par clise à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 juillet 2018

La mise à nu de Jean-Philippe Blondel

Louis Claret est un professeur vieillissant qui habite en province. Séparé de sa femme depuis quelques années, ses filles vivant désormais des vies très différentes de ce qu'il avait imaginé, il se laisse bercer par le quotidien. C'est sans réfléchir et pour remplir une soirée bien vide qu'il se rend au vernissage d'une exposition de peintures d'Alexandre Laudin - un ancien élève, jadis très effacé mais devenu une célébrité dans le monde artistique. Il ne se figure pas un seul instant à quel point ces retrouvailles avec Laudin vont bouleverser sa vie.La Mise à nu parle de ce qu'on laisse derrière soi, au bout du compte. Des enfants. Des amis. Des livres ou des tableaux...Jean-Philippe Blondel, dans une veine très personnelle, évoque avec finesse ce moment délicat où l'on commence à dresser le bilan de son existence tout en s'évertuant à poursuivre son chemin, avec un sourire bravache. Champagne-Ardennes. ( Babelio)

J'ai tout aimé ! l'écriture, la finesse des sentiments, l'étrangeté, l'histoire de chacun ....A vous de voir ! ( ou de lire !)

Posté par clise à 15:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


22 juin 2018

Terres promises de Milena Agus

La terre promise, tout le monde la cherche. Pour Raffaele, de retour en Sardaigne juste après la guerre, elle se situe sur le Continent. Mais une fois là-bas, Ester, sa jeune épouse, a le mal du pays, elle qui était pourtant si pressée d'en partir... Alors la famille y retourne. Leur fille, Felicita, s'adapte aux humeurs locales et s'initie avec la même conviction au communisme et au sexe. De ses amours naîtra Gregorio, drôle de petit bonhomme qui trouvera sa voie dans la musique. Au fil des ans et des rencontres, ils avanceront dans leurs vies imparfaites, croisant la route d'autres êtres en quête de bonheur. Pour tous, Felicita est l'indispensable pivot. Car à ses yeux les gentils ne sont pas des perdants et la terre promise est au coin de la rue. Une saga familiale décalée, portée par une héroïne qui ressemble comme une soeur à Milena Agus.

Revenant d'un voyage en Sardaigne ....j'ai lu et j'ai aimé !

Posté par clise à 08:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

21 juin 2018

Madame Pylinska et le secret de Chopin de Eric-Emmanuel Schmitt

En suivant les cours de la tyrannique Madame Pylinska, le jeune Eric Emmanuel cherche à comprendre le mystère de la musique de Chopin. La Polonaise a de surprenantes façons d’expliquer le génie du musicien et la leçon de piano devient peu à peu apprentissage de la vie et de l’amour. Dans le cadre de "Le cycle de l’invisible", un conte initiatique plein d’émotion, d’intelligence et d'humour.

Posté par clise à 14:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

20 juin 2018

Mohammad, ma mère et moi de benoit Cohen

Au moment où Donald Trump accède au pouvoir, Benoit Cohen, cinéaste français installé aux États-Unis, apprend que sa mère s'apprête à héberger, dans l'hôtel particulier du 7e arrondissement où elle vit seule, Mohammad, un migrant afghan. Alors que Benoit Cohen s'insurge contre ce président raciste qui menace de fermer les frontières, il ne peut s'empêcher de s'inquiéter pour sa mère qui, sans lui en avoir jamais soufflé mot, ouvre sa porte à un étranger. Il revient alors à Paris et rencontre Mohammad. Ce garçon qui, de déracinement en déracinement, a grandi, à l'instar des chats, sept fois plus vite qu'un jeune occidental, va lui confier son histoire. Entre Benoit, exilé volontaire, et Mohammad, réfugié malgré lui, une relation intense se noue, sous le regard de Marie-France, qui vient compléter cet improbable trio.
Dans ce récit singulier, Benoit Cohen décrit, non sans humour, ce chemin exaltant et complexe qu'est la rencontre de l'autre et s'interroge sur ce que « donner » veut dire. ( babelio)

Juste excellent, un livre pour essayer de comprendre la situation des migrants .A lire !

Posté par clise à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 mai 2018

Tu ne tueras pas de Edna o'Brien

Dans le décor faussement idyllique de la campagne irlandaise, la jeune Mary cache un abominable secret.
Alors qu'autour d'elle, sa mère, une voisine, un professeur se doutent de son calvaire mais préfèrent se taire, l'adolescente plonge dans une non-vie et cherche à mourir. Jusqu'au jour où, le pire s'étant produit, la communauté catholique, la justice, puis l'Irlande tout entière s'emparent de son cas et où, peu à peu, le voile se lève sur l'insoutenable vérité... Inspirée par un fait divers qui a bouleversé l'Irlande des années quatre-vingt, la grande styliste qu'est Edna O'Brien nous entraîne ici dans un univers de violence non dépourvu de tendresse et de poésie.

Ce livre est ancien -1998- réédité , j'ai adoré, encore une dure histoire de famille, et de société. Superbe.

Posté par clise à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 mai 2018

Alma de Jean-Marie-Gustave Le Clézio

Voici donc des histoires croisées, celle de Jérémie, en quête de Raphus cucullatus, alias l'oiseau de nausée, le dodo mauricien jadis exterminé par les humains, et celle de Dominique, alias Dodo, l'admirable hobo, né pour faire rire. Leur lieu commun est Alma, l'ancien domaine des Felsen sur l'île Maurice, que les temps modernes ont changée en Maya, la terre des illusions :
« Dans le jardin de la Maison Blanche le soleil d'hiver passe sur mon visage, bientôt le soleil va s'éteindre, chaque soir le ciel devient jaune d'or. Je suis dans mon île, ce n'est pas l'île des méchants, les Armando, Robinet de Bosses, Escalier, ce n'est pas l'île de Missié Kestrel ou Missié Zan, Missié Hanson, Monique ou Véronique, c'est Alma, mon Alma, Alma des champs et des ruisseaux, des mares et des bois noirs, Alma dans mon cœur, Alma dans mon ventre. Tout le monde peut mourir, pikni, mais pas toi, Artémisia, pas toi. Je reste immobile dans le soleil d'or, les yeux levés vers l'intérieur de ma tête puisque je ne peux pas dormir, un jour mon âme va partir par un trou dans ma tête, pour aller au ciel où sont les étoiles. »

Je crois avoir lu tout Le Clézio parce que j'aime son écriture et ce qu'il écrit ! Je me suis régalée dans cette quête ultime de ses racines . mais je ne sais pas si vous aimerez ! dites moi !

Posté par clise à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :