21 juin 2018

Madame Pylinska et le secret de Chopin de Eric-Emmanuel Schmitt

En suivant les cours de la tyrannique Madame Pylinska, le jeune Eric Emmanuel cherche à comprendre le mystère de la musique de Chopin. La Polonaise a de surprenantes façons d’expliquer le génie du musicien et la leçon de piano devient peu à peu apprentissage de la vie et de l’amour. Dans le cadre de "Le cycle de l’invisible", un conte initiatique plein d’émotion, d’intelligence et d'humour.

Posté par clise à 14:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


20 juin 2018

Mohammad, ma mère et moi de benoit Cohen

Au moment où Donald Trump accède au pouvoir, Benoit Cohen, cinéaste français installé aux États-Unis, apprend que sa mère s'apprête à héberger, dans l'hôtel particulier du 7e arrondissement où elle vit seule, Mohammad, un migrant afghan. Alors que Benoit Cohen s'insurge contre ce président raciste qui menace de fermer les frontières, il ne peut s'empêcher de s'inquiéter pour sa mère qui, sans lui en avoir jamais soufflé mot, ouvre sa porte à un étranger. Il revient alors à Paris et rencontre Mohammad. Ce garçon qui, de déracinement en déracinement, a grandi, à l'instar des chats, sept fois plus vite qu'un jeune occidental, va lui confier son histoire. Entre Benoit, exilé volontaire, et Mohammad, réfugié malgré lui, une relation intense se noue, sous le regard de Marie-France, qui vient compléter cet improbable trio.
Dans ce récit singulier, Benoit Cohen décrit, non sans humour, ce chemin exaltant et complexe qu'est la rencontre de l'autre et s'interroge sur ce que « donner » veut dire. ( babelio)

Juste excellent, un livre pour essayer de comprendre la situation des migrants .A lire !

Posté par clise à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 mai 2018

Tu ne tueras pas de Edna o'Brien

Dans le décor faussement idyllique de la campagne irlandaise, la jeune Mary cache un abominable secret.
Alors qu'autour d'elle, sa mère, une voisine, un professeur se doutent de son calvaire mais préfèrent se taire, l'adolescente plonge dans une non-vie et cherche à mourir. Jusqu'au jour où, le pire s'étant produit, la communauté catholique, la justice, puis l'Irlande tout entière s'emparent de son cas et où, peu à peu, le voile se lève sur l'insoutenable vérité... Inspirée par un fait divers qui a bouleversé l'Irlande des années quatre-vingt, la grande styliste qu'est Edna O'Brien nous entraîne ici dans un univers de violence non dépourvu de tendresse et de poésie.

Ce livre est ancien -1998- réédité , j'ai adoré, encore une dure histoire de famille, et de société. Superbe.

Posté par clise à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 mai 2018

Alma de Jean-Marie-Gustave Le Clézio

Voici donc des histoires croisées, celle de Jérémie, en quête de Raphus cucullatus, alias l'oiseau de nausée, le dodo mauricien jadis exterminé par les humains, et celle de Dominique, alias Dodo, l'admirable hobo, né pour faire rire. Leur lieu commun est Alma, l'ancien domaine des Felsen sur l'île Maurice, que les temps modernes ont changée en Maya, la terre des illusions :
« Dans le jardin de la Maison Blanche le soleil d'hiver passe sur mon visage, bientôt le soleil va s'éteindre, chaque soir le ciel devient jaune d'or. Je suis dans mon île, ce n'est pas l'île des méchants, les Armando, Robinet de Bosses, Escalier, ce n'est pas l'île de Missié Kestrel ou Missié Zan, Missié Hanson, Monique ou Véronique, c'est Alma, mon Alma, Alma des champs et des ruisseaux, des mares et des bois noirs, Alma dans mon cœur, Alma dans mon ventre. Tout le monde peut mourir, pikni, mais pas toi, Artémisia, pas toi. Je reste immobile dans le soleil d'or, les yeux levés vers l'intérieur de ma tête puisque je ne peux pas dormir, un jour mon âme va partir par un trou dans ma tête, pour aller au ciel où sont les étoiles. »

Je crois avoir lu tout Le Clézio parce que j'aime son écriture et ce qu'il écrit ! Je me suis régalée dans cette quête ultime de ses racines . mais je ne sais pas si vous aimerez ! dites moi !

Posté par clise à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 mai 2018

L'art de perdre d'Alice Zéniter

L'Algérie dont est originaire sa famille n'a longtemps été pour Naïma qu'une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui jamais ne lui a été racontée ?

Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu'elle ait pu lui demander pourquoi l'Histoire avait fait de lui un « harki ». Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l'été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l'Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ?

Dans une fresque romanesque puissante et audacieuse, Alice Zeniter raconte le destin, entre la France et l'Algérie, des générations successives d'une famille prisonnière d'un passé tenace. Mais ce livre est aussi un grand roman sur la liberté d'être soi, au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales. (Babelio)

Un grand coup de coeur ! j'ai beaucoup appris à travers ce livre et beaucoup pensé à une autre nièce ! 
(décidement mes nièces me donnent à réfléchir et à apprendre !)

Posté par clise à 08:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


04 mai 2018

Même Dieu ne veut pas s'en mêler de'Annick Kayitesi-Jozan

« Aucun d’'eux ne m'’a dit où était maman. J'’accepte que jamais maman n’'aura de sépulture, et je comprends que jamais je ne serai en paix. Maman savait qu’'elle allait mourir. Mais elle ne savait pas qu’'elle serait jetée aux charognards. Je me dois d’'être sa tombe, aussi longtemps que ses os traîneront quelque part sur ces collines. Vivante, elle m’'a portée dans son ventre, elle m’'a nourrie de son sein, elle m’'a portée sur son dos, elle m’'a aimée. Morte, je la porterai, dans mon ventre, sur mon dos. Partout, tout le temps. »

Annick Kayitesi-Jozan est écrivain.
Elle n’a que 9 ans quand son père, médecin, et sa sœur décèdent dans un incendie. A l’âge de 14 ans elle voit sa mère se faire exécuter par des miliciens Hutus. Elle demeure seule, sa sœur et son frère ayant été emmenés pas ces mêmes miliciens. Elle devient l’esclave domestique de ces anciens voisins.
Plus tard elle retrouve sa sœur gravement blessée. Heureusement toutes les deux seront évacuées sous escorte militaire française au Burundi. 

J'ai toujours de difficulté à lire à propos du génocide rwandais, parce que l'émotion me prend trop vite mais là j'ai compris encore mieux ce que vit (et a vécu la femme) de mon neveu et ce que peuvent ressentir leurs enfants. bref un excellent livre , à lire absolument pour comprendre.

Posté par clise à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 mai 2018

Couleurs de l'incendie de Pierre Lemaître

Février 1927. Le Tout-Paris assiste aux obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l'empire financier dont elle est l'héritière, mais le destin en décide autrement. Son fils, Paul, d'un geste inattendu et tragique, va placer Madeleine sur le chemin de la ruine et du déclassement.
Face à l'adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l'ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d'intelligence, d'énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d'autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l'incendie qui va ravager l'Europe.

Couleurs de l'incendie est le deuxième volet de la trilogie inaugurée avec Au revoir là-haut, prix Goncourt 2013, où l'on retrouve l'extraordinaire talent de Pierre Lemaitre.

Je n'ai pas vraiment aimé ce livre, même si c'est "un tourne-page" parce que cela se lit bien ! mais je n'ai pas accroché à l'histoire et ses invraisemblances .... cependant les critiques sont excellentes ...alors dites moi ce que vous en pensez!

Posté par clise à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 mai 2018

La délicatesse du Homard de Laure Manel

François, directeur d'’un centre équestre en Bretagne, découvre, lors d’une promenade à cheval sur la plage, une jeune femme inconsciente au pied d'’un rocher. Plutôt que d’'appeler les secours, il décide sans trop savoir pourquoi de la ramener chez lui pour la soigner. À son réveil, l'’inconnue paraît en bonne santé, mais peu encline à parler. Elle déclare s’'appeler Elsa mais refuse de répondre à tout autre question. Commence alors entre le célibataire endurci et cette âme à vif une étrange cohabitation, où chacun se dévoile peu à peu à l’'autre sans pour autant totalement révéler les secrets qui le rongent. Et même si le duo en s'’apprivoisant s’a'paise, leur carapace peine à se fendre.… Qui est Elsa et quelle vie est-elle en train de fuir ?

Très belle et dure histoire d'une jeune femme en fuite, on s'attache et on a juste envie de savoir ...
Histoire de psychogénéalogie ! j'ai adoré !

Posté par clise à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 mai 2018

Ma mère avait raison d'Alexandre Jardin

Ce roman vrai est la pierre d’'angle de la grande saga des Jardin. Après le portrait du père merveilleux (Le Zubial), du sombre grand-père (Des gens très bien), du clan bizarre et fantasque (Le roman des Jardin), voici l’'histoire de la mère d’'Alexandre. On y découvre une femme hors norme, qui ose tout, et qui s’'impose comme l’'antidote absolu de notre siècle timoré.
Elle est dans les yeux de son fils l’'héroïne-née, la tisseuse d’'aventures, l'’inspiratrice des hommes, la source jaillissante de mille questions – elle est le roman-même.
Un roman qui questionne, affole, vivifie et rejoint la joie du fils. Mais la magicienne, hélas, n’est pas éternelle.
Certaines femmes, pourtant, ne devraient jamais mourir.

On comprend mieux " la folie" ou "douce folie" des Jardin, le personnage est attachant même si très fantasque ! on aime ou on n'aime pas..... c'est la suite de l'histoire des Jardin . Je ne regrette pas de l'avoir lu !

Posté par clise à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 février 2018

La beauté des jours de Claudie Gallay

Jeanne a tout pour connaître un bonheur tranquille : deux filles étudiantes, un mari attentionné, une amie fidèle, un boulot stable. Passionnée par Marina Abramović, l’'artiste-performeuse célèbre pour avoir, dans son travail, mis en jeu son existence, Jeanne n’'aime pas moins les surprises, l’'inattendu. Cet été-là, le hasard se glisse – et elle-même l’'invite – dans son quotidien...
À travers la figure lumineuse de Jeanne et la constellation de personnages qui l’'accompagnent et la poussent vers un accomplissement serein, Claudie Gallay compose un roman chaleureux et tendre sur la force libératrice de l’'art, sur son pouvoir apaisant et révélateur. Et sur la beauté de l'’imprévisible.(babelio)

J'ai adoré ce livre, ces cheminements de femmes, ces vies, ces portraits de femmes et puis cette artiste Marina Abramovic, merci Mimi pour ta suggestion d'aller mieux la connaitre sur le web et à travers des vidéo parce qu'elle est bien réelle ! un très beau roman !

Posté par clise à 08:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :