25 mars 2014

Pensée en action

Une amie psychomotricienne me demande de publier l'adresse du site d'un jeune dont elle s'occupe,
voila qui est fait !

www.cowfunding.fr/aidons-enzo-a-marcher/

Posté par clise à 06:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


14 avril 2012

Méditation des sons

Portez votre attention aux sons de la nature, nombreux et subtils: le bruissement des feuilles au vent, les gouttes de pluie qui tombent, le bourdonnement des insectes, le premier chant des oiseaux à l'aube. donnez vous complètement à l'écoute. par delà les sons, il se passe quelque chose de plus grand: ce sacré, la pensée ne peut le saisir.

Eckhart Tolle - l'art du calme intérieur.

Une belle expérience! comme dans la vie de tous les jours certains sons ou bruits nous touchent particulièrement et d'autres nous insupportent!

Posté par clise à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2012

Petite voix de Eileen Caddy

 

Ce qui est au fond de toi se reflète à l'extérieur.

Quand il y aura ordre, harmonie, beauté et paix en toi, cela se reflètera dans tout ce que tu fais, dis et penses. Tandis que s'il y a confusion, désordre et disharmonie en toi, cela ne peut être caché et cela se reflètera dans toute ta vie et ta façon de vivre. Lorsque le changement se produit, il doit venir de l'intérieur et aller vers l'extérieur. De cette manière, il sera durable, et rien ne pourra le déséquilibrer.  Ne t'installe pas confortablement en comptant que ta vie change, mais mets-toi au travail et fais quelque chose en ce sens. Tu peux commencer dès maintenant en travaillant sur ton propre état intérieur. Tu n'as pas à attendre que quelqu'un d'autre change; tu peux effectuer ton propre changement sans plus attendre. Rends grâce constamment de ce qu'il te soit possible de faire quelque chose pour cela sans que rien ne t'arrête.
Si quelque chose t'arrête, c'est en toi; tu es donc la personne qui peut y remédier.

Posté par clise à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mars 2012

Il faut selon Lise Bourbeau

IL faut ....arrêtons de dire il faut
parce qu'en fait, traduisez: je m'exige de ....
et là ce n'est plus du tout pareil...
pourquoi ne pas dire : je choisis de....

pour en savoir plus allez:  ICI

 

Posté par clise à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 décembre 2011

Bonheur!

J'ai découvert un site qui me plaît un max! et j'ai envie de vous faire partager !

Des petits exercices pour soi, pour la famille, pour les enfants
J'ai commencé...par l'exercice des bonjours vivants...
et ça change la donne ! et si en plus c'est un bonjour vivant avec le sourire et que vous recevez un merci...
c'est tout simplement génial !

je vous laisse découvrir...     ici

Posté par clise à 08:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


01 novembre 2010

En colère?

Je voudrais vous faire partager ce que j'ai appris et compris lors d'un atelier de l'école "écoutes ton corps " de Lise Bourbeau sur la colère, texte que vous retrouvez sur le site de Lise Bourbeau:   ici

et je copie là !

Comment bien vivre sa colère ?



Êtes-vous une personne colérique ? Ne répondez pas trop vite à cette question ! La plupart des gens ne se croient pas colériques mais en réalité, tous les humains vivent de la colère à des degrés différents, de façon différente et pour des raisons différentes.


Comment vivez-vous les situations suivantes ?
 

·         Quelqu'un vous fait une promesse, s'engage à faire quelque chose et ne le fait pas.
Vous prêtez un objet ou de l'argent et l'autre ne vous le remet pas, ou vous remet l'objet endommagé
Quelqu'un vous ridiculise ou vous humilie devant d'autres personnes.
Votre conjoint(e) oublie votre anniversaire.
Vous êtes sûr(e) d'avoir raison alors qu'une autre personne vous obstine.


Les situations précédentes impliquent au moins une autre personne. Que se passe-t-il en vous lorsque vous vivez une des situations suivantes ? 

  • Vous oubliez quelque chose d'important.
    Vous avez dit oui à quelqu'un alors que vous auriez voulu dire non.
    Vous avez trop mangé de chocolat ou abusé de tout autre aliment ou substance
    Quelque chose que vous n'auriez pas dû dire revient contre vous.
    Vous voulez exprimer quelque chose à quelqu'un et vous n'y arrivez pas.
    Vous avez laissé quelqu'un profiter de vous.


La majorité des gens vivent de la colère face à eux-mêmes dans ces situations. Cette colère est plus ou moins consciente et vécue à des degrés différents par chacun.


Pourquoi vivons-nous autant de colère alors que nous préférons le calme dans notre vie?


À chaque fois que la colère prend le dessus, nous ne sommes plus nous-mêmes. Nous nous laissons envahir par une partie de nous qui souffre et qui est là pour nous indiquer une blessure non réglée. Cette blessure vient d'une situation douloureuse vécue étant jeune avec un parent et où le pardon n'a pas été encore fait.

Cinq blessures principales sont à la base de cette colère : La trahison, le rejet, l'abandon, l'humiliation et l'injustice. Tant et aussi longtemps que les blessures ne seront pas réglées par le pardon véritable, elles demeureront des plaies ouvertes qui feront mal à chaque fois que quelqu'un ou une situation viendra réveiller ou toucher cette vieille blessure. Plus la blessure est importante, plus la plaie est ouverte, et plus la colère est forte.

Lorsque nous croyons vivre de la colère envers une autre personne, c'est une illusion. En réalité, c'est toujours face à soi-même. Inconsciemment, nous nous en voulons de ne pas nous être occupé de nos blessures. Nous nous en voulons de nous être laissé avoir, de n'avoir pu nous exprimer ou faire nos demandes clairement ou de n'avoir pu nous affirmer sans accuser l'autre. Lorsque nous sommes dans notre coeur, nous n'accusons pas l'autre et nous pouvons nous exprimer calmement en nous plaçant dans la peau de l'autre. Au niveau de l'âme, nous savons que nous attirons ces personnes et ces situations pour nous aider à devenir conscients de ce qu'il nous reste à régler. En fait, nous sommes en colère parce que nous nous en voulons de ne pas demeurer dans notre coeur, c'est-à-dire d'être vraiment nous-mêmes. C'est seulement lorsque nous sommes réellement nous-mêmes que nous nous sentons bien.

Il est intéressant de constater que nous ne nous mettons pas tous en colère pour les mêmes raisons et dans les mêmes circonstances. Cela vient des croyances développées par chacun, par peur de souffrir, et selon la personnalité de chacun. Voici plusieurs exemples:

  • Le perfectionniste trop idéaliste veut tellement que tout soit parfait, qu'il est en général un perpétuel insatisfait. Il vit beaucoup de colère, mais surtout face à lui-même, car il se critique beaucoup. Il essaie de contrôler sa colère le plus possible car pour lui, colère est synonyme d'imperfection. Chez le perfectionniste, la colère se traduit par une attitude tendue, stressée et nerveuse. Le contrôle qu'il s'impose est très exigeant et néfaste pour son système nerveux.

  • Les personnes ambitieuses qui recherchent sans cesse le succès vivent de la colère lorsqu'il y a perte de temps. Elles ne se donnent pas le droit de perdre du temps et vivent donc de la colère envers elles-mêmes si cela se produit. Elles ne tolèrent pas non plus ceux qui leur font perdre leur temps et vivent de la colère envers eux lorsque cela se produit. Ces personnes manifestent leur colère par de l'impatience et de l'intransigeance. Elles ne s'arrêtent pas trop à leur colère car cela leur ferait perdre du temps.

  • Les personnes à caractère contrôlant vivent surtout de la colère envers ceux qui ne gardent pas leurs engagements et ceux qu'elles jugent irresponsables. Elles se permettent de montrer leur colère car elles aiment bien montrer leur force, leur pouvoir. Par contre, elles s'en veulent ensuite car elles voudraient être assez fortes pour ne pas se laisser déranger.

  • Les personnes plutôt rigides sont championnes pour se faire croire que tout va bien, que tout est merveilleux et qu'elles ne vivent pas de colère. Elles préfèrent ne rien sentir, ainsi elles évitent de souffrir. Ce sont des personnes à qui on a souvent demandé de performer étant jeunes et qui continuent de croire qu'en ne sentant pas, elles performeront mieux. En général, elles semblent au-dessus de tout, calmes et impassibles.

  • Les personnes dépendantes vivent de la colère surtout envers les autres. Elles recherchent de l'attention à tout prix. Elles vivent donc de la colère principalement avec ceux qui devraient, selon elles, leur donner de l'attention ou avec ceux qui semblent l'abandonner. Cette colère se manifeste surtout par des problèmes ou des maladies pour attirer l'attention. Elles jouent souvent à la victime. Toutes les maladies qui finissent par "ite" sont des manifestations de la colère. Le foie est l'organe le plus touché par le refoulement de la colère. On observe aussi des problèmes de blocage aux intestins lorsque la personne se retient trop, surtout au niveau de ses désirs.

  • Ceux qui se sentent facilement rejetés vivent une colère profonde mais choisissent de fuir plutôt que de montrer leur colère. Ils fuient la situation ou la personne en se réfugiant dans l'alcool, la drogue ou les médicaments. Cette colère est une émotion indésirable qui bloque le corps émotionnel, c'est-à-dire le corps des désirs et de la capacité de sentir la joie, le bonheur et l'amour. C'est d'ailleurs la cause de toutes sortes de malaises et maladies au niveau du corps physique.

Cette colère est une émotion indésirable qui bloque le corps émotionnel, c'est-à-dire le corps des désirs et de la capacité de sentir la joie, le bonheur et l'amour. C'est d'ailleurs la cause de toutes sortes de malaises et maladies au niveau du corps physique.


Lorsque vous vous apercevez que vous vivez de la colère : 

1.       Prenez trois bonnes respirations.

2.       Ensuite " et le plus important " donnez-vous le droit de vivre cette colère. Acceptez l'idée que vous êtes humain, que certaines blessures intérieures ne sont pas encore réglées et que cette colère peut vous permettre de les découvrir pour enfin les guérir.

Ces deux premières étapes vous aideront à vous recentrer.

  • Reconnaissez ensuite que c'est en réalité envers vous-même que vous êtes en colère. La plupart des gens s'en veulent de ne pas avoir bien précisé ou bien communiqué quelque chose, de s'être laissés avoir, d'avoir agi sans réfléchir ou de ne pas avoir écouté leur intuition par exemple.

  • Lorsque votre colère implique une autre personne, il est important de lui exprimer ce que vous avez vécu en lui avouant la colère que vous vivez face à vous-même. Il ne doit y avoir aucune accusation envers l'autre.

  • Ne vous en voulez surtout pas car vous continueriez ainsi à entretenir cette colère envers vous-même. Sachez qu'il est tout à fait normal pour un humain de réagir lorsque quelqu'un vient toucher une de ses plaies, qu'elle soit physique ou psychologique.

  • Je recommande également de faire le miroir avec la personne concernée. Cette technique est formidable pour vous aider à vous connaître davantage et devenir plus conscient(e). Notez de quoi vous accusez l'autre d'être et ensuite vérifiez si ça vous arrive d'être comme ça des fois. Cet exercice n'a pas comme but de vous sentir coupable d'être comme ça mais plutôt pour vous aider à prendre conscience pourquoi vous êtes comme ça à certains moments. Ceci vous aidera à avoir plus de compassion pour vous-même et pour les autres.

  • Par la suite, allez encore plus loin et vérifiez à quel moment vous avez, dans le passé, accusé un de vos parents de la même chose. Ce parent est généralement celui du même sexe que la personne avec qui vous avez vécu une colère. Cela peut vous aider à faire le pardon avec votre parent.

  • Le mieux est de faire ce travail intérieur le plus vite possible. Si vous attendez, si vous refoulez la colère, la blessure s'en trouvera grossie et aggravée et il vous sera de plus en plus difficile de l'exprimer. Vous avez toujours le choix!


Lorsque vous êtes confronté à la colère de quelqu'un d'autre :

1.       Prenez trois bonnes respirations.

2.       Dites à l'autre calmement mais avec fermeté que vous n'avez pas l'intention de parler avec une personne qui n'est plus elle-même.

3.       Préférez attendre qu'elle se ressaisisse et se recentre. Vous pouvez lui suggérer de prendre plusieurs bonnes respirations.

Il est dans votre plus grand intérêt de choisir de reconnaître et d'exprimer vos colères si vous voulez arriver à en vivre de moins en moins. Vous pourrez ainsi récupérer toute l'énergie qui vous était nécessaire pour entretenir cette colère et l'utiliser pour vous créer une vie de paix et d'harmonie plutôt qu'une vie remplie d'émotions désagréables telles que la colère.

Posté par clise à 09:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 avril 2010

Espace temps

IMG_6593


BEN

Avant , je disais que je courrais après le temps
Alors que dire maintenant?
Que je galope après le temps????

Dernière ligne droite avant le mariage de Gwena
Et l'emménagement de Lolo...

Ceux qui me connaissent bien
imagine facilement mon niveau de stress!

Alors voila ce que j'ai mis en place!

J'ai trouvé sur ce site   happy parents
Voir les newsletters

une méthode super sympa pour les ...comme moi
Bazar...pour ne pas dire bordélique et qui en plus

détestent faire le ménage et j'ai acheté ce livre,
me suis inscrite sur le forum des "flylady" françaises
via groupe yahoo pour un coaching sur mesure!
Les débuts sont sympa

Je suis allée consulter et je prends des fleurs de Bach

Et voila , quelques petites méditations zen...
et je galope tranquille!

Posté par clise à 21:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 mars 2010

Hommage

Ils quittent un à un le pays
Pourtant comment peut-on s'imaginer
Que l'heure du départ a sonné?
Faut-il pleuré?
Je n'ai pas le coeur à le dire
On ne voit pas le temps passer
Sacré Jean Ferrat
Que serons nous sans toi
Un sanglot de la déconvenue
Et pourtant je vous le dis
Que le bonheur existe
A fredonner tes mélodies

Posté par clise à 19:24 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

08 février 2010

Le tablier de grand-mère

Merci Marie-Christine pour ce texte très touchant!

Le principal usage du tablier de Grand'Mère était de protéger la robe en dessous mais, en plus de cela, il servait de gant pour retirer une poêle brûlante du fourneau. Il était merveilleux pour essuyer les larmes des enfants et, à certaines occasions, pour nettoyer les frimousses salies.

Depuis le poulailler, le tablier servait à transporter les oeufs, les poussins à réanimer, et parfois les oeufs fêlés qui finissaient dans le fourneau.

Quand des visiteurs arrivaient, le tablier servait d'abri à des enfants timides; et quand le temps était frais, Grand'Mère s'en emmitouflait les bras.

Ce bon vieux tablier faisait office de soufflet, agité au-dessus du feu de bois. C'est lui qui transbahutait les pommes de terre et le bois sec jusque dans la cuisine.

Depuis le potager, il servait de panier pour de nombreux légumes. Après que les petits pois avaient été récoltés venait le tour des choux. En fin de saison il était utilisé pour ramasser les pommes tombées de l'arbre.

Quand des visiteurs arrivaient de façon impromptue, c'était surprenant de voir avec quelle rapidité ce vieux tablier pouvait faire la poussière.

A l'heure de servir le repas, Grand'Mère allait sur le perron agiter son tablier, et les hommes au champ savaient aussitôt qu'ils devaient passer à table.

Grand'Mère l'utilisait aussi pour poser la tarte aux pommes à peine sortie du four sur le rebord de la fenêtre pour qu'elle refroidisse, tandis que, de nos jours, sa petite-fille la pose là pour décongeler.

Il faudra de bien longues années avant que quelqu'un invente quelque objet qui puisse remplacer ce bon vieux tablier qui servait à tant de choses.

Posté par clise à 16:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 octobre 2009

Handicap international

C'était samedi dernier, la pyramide de chaussures

IMG_5439

IMG_5443

IMG_5447

IMG_5448

Posté par clise à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]