20 février 2009

Pensée

Il faut mieux attraper un torticolis
en visant trop haut
que devenir voûtée
en regardant trop bas

Jacques Chancel

Posté par clise à 12:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


19 février 2009

Laver les ombres de Jeanne Benameur

Contraindre un corps qui se refuse au plaisir pour attirer le vide, pour suspendre l'équilibre du monde : c'est Léa quand elle danse, c'était sa mère lorsqu'elle 'devait 'aimer les hommes. Par une nuit d'orage en bord de mer, mère et fille acceptent enfin de briser les digues. En tableaux qui alternent passé et présent, peu à peu se dénouent les entraves dont le corps maternel porte les stigmates.

J'ai de la chance! en vacances et deux livres superbes à la suite!
Très prenant, l'écriture est à fois vive et en suspens....
A lire !

Posté par clise à 10:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 février 2009

La femme de l'allemand de Marie Sizun

Le monde de la petite Marion vacille.
Elle aime sa mère, Fanny, mais une dissonance s'installe dans leur relation. Une voix un peu trop haute, des emportements inexplicables, un silence embarrassé à propos de ce père allemand dont Marion ne sait rien ou presque. Avec le temps, Marion apprend : Fanny est maniaco-dépressive. Les rôles s'inversent alors. L'adolescente endosse cette raison qui doucement quitte sa mère. Elle la protège, la couvre en taisant ses excès.
Mais l'amour ne suffit pas pour terrasser la folie. Marie Sizun dit  avec émotion et pudeur l'amour qui rapproche et sépare les êtres.

Vous me direz , encore un livre sur la folie, j'ai adoré ce livre, j'ai dévoré ce livre!
la folie ne nous guette-t-elle pas un peu tous, il suffit parfois de si peu de choses
l'écriture est belle, écrite simplement, elle ne s'oubliera pas .

Posté par clise à 18:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

16 février 2009

Généalogie Nicollet

Je continue à explorer mon arbre sur une autre branche
Je cherchais des Octrue et j'ai trouvé une nouvelle cousine!

Je cherche maintenant des Nicollet avec des racines
au Périer en Isére

Posté par clise à 21:14 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Simplicité!

Un homme tomba dans un trou et se fit très mal.
Un Cartésien se pencha et lui dit :
Vous n'êtes pas rationnel, vous auriez dû voir ce trou.
Un Spiritualiste le vit et dit :
Vous avez dû commettre quelque péché.
Un Scientifique calcula la profondeur du trou.
Un Journaliste l'interviewa sur ses douleurs.
Un Yogi lui dit: Ce trou est seulement dans ta tête,
comme ta douleur.
Un Médecin lui lança deux comprimés d'aspirine.
Une Infirmière s'assit sur le bord et pleura avec lui.
Un Thérapeute l'incita à trouver les raisons pour lesquelles
ses parents le préparèrent à tomber dans le trou.
Une Pratiquante de la pensée positive l'exhorta :
Quand on veut, on peut !
Un Optimiste lui dit : Vous auriez pu vous casser une jambe.
Un pessimiste passa: et ça risque d'empirer
Puis un enfant passa et lui tendit la main...

Posté par clise à 20:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


15 février 2009

La vie!

Et la vie c'est aussi ce bonheur là:

IMG_0013

Posté par clise à 09:27 - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 février 2009

Adieux

De deuil en deuil

De cercueil en cercueil

Je me recueille

J’accueille

Je cueille

Les feuilles

Tombées de l’arbre

Qui s’effeuille

D’aïeul en aïeul

Au seuil

Du temps qui passe

Nous dépasse

Nous chasse

Je vous embrasse

Posté par clise à 13:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Pensées

On peut aussi bâtir quelque chose de beau
avec les pierres qui entravent le chemin.

Il ne faut pas attendre d'être parfait
pour commencer quelque chose de bien.

Posté par clise à 07:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 février 2009

Murs peints Lyonnais

Je vous emmène en photos visiter le musée en plein air des murs peints lyonnais

ici

IMG_2211

Posté par clise à 21:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 février 2009

Par quel miracle

Je ne sais pas par quel miracle ce matin

Sans préambules

Je me suis évadée de mon corps

Evaporée dans ma bulle

Ni somnambule

Ni funambule

C’est stupéfiant

Ne croyez pas que j’affabule

Ni que je fume

Je vous sens incrédules

N’imaginez pas de véhicule

J’ai quitté mon train train quotidien

Sans transsibérien, ni transsaharien

Sans transes, sans rien

Dans ma bulle j’ondule

Sans calcul, je déambule

Je bouscule le crépuscule

Nulle peur du ridicule

Je bascule, je prends du recul

Plus aérienne qu’une libellule

Sans scrupules, je bulle….


consigne: incipit: je ne sais pas par quel miracle,  utiliser dans le texte un ou plusieurs moyens de transport

Posté par clise à 14:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]