26 septembre 2009

Mais le fleuve tuera l'homme blanc de Patrick Besson

Brazzaville, fin de la saison sèche 2007. En Afrique équatoriale, il y a deux saisons : la sèche et la mouillée, dite aussi saison des pluies. Et une température unique : 30°. Christophe Parmentier, jeune cadre supérieur d'une compagnie pétrolière française, reconnaît, dans l'Airbus A320 qui l'emmène au Congo, Blandine de Kergalec, ancien officier de la DGSE, rayée des cadres en 1985 à la suite d'un scandale. Il rencontre aussi Bernard Lemaire, historien et conférencier spécialisé dans le conseil aux Présidents africains, et sa compagne, Elena Petrova, Russe installée à Brazzaville travaillant dans l'import-export et mère d'un ado métis : Pouchkine, étudiant en philosophie et peintre abstrait. Tous seront mêlés à un règlement de comptes ultraviolent entre Rwandais : Hutus et Tutsis.


J'ai aimé parce que j'ai retrouvé l'afrique, telle qu'elle est...Roman sur fond d'espionnage, bien mené ( comme dans tous les gros livre, j'ai trouvé quelques longueurs !) l'histoire des Rwandais  vue sous un autre angle, bref à lire!

Posté par clise à 19:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Evénement

J’étais pieds et poings liés
Les dés étaient pipés
Sur un coup de tête
Me suis mise sans dessus-dessous
Suis tombée cul par-dessus tête
Me suis mélangée les pinceaux
Mon sang n’a fait qu’un tour
Il fallait bien que ça arrive un jour
Suis redevenue normale….
Reste plus qu’à me reprendre en main
Et bien garder la tête sur les épaules.

consigne: utiliser la phrase : "il fallait bien que ça arrive" dans le texte

Posté par clise à 08:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 septembre 2009

Parce que ....méditation

IMG_5325

IMG_5265

Posté par clise à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 septembre 2009

Parce que pas si facile....pensée zen

Ne finissez pas les phrases des autres.
Ecoutez les calmement.
jusqu'au bout.
Sans les interrompre.

Posté par clise à 07:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

19 septembre 2009

Alerte à la Maladie !

La maladie du bonheur

ATTENTION ! Une épidémie mondiale est en train de se propager à une allure vertigineuse. L’O.M.B. (Organisation Mondiale du Bien-être) prévoit que des milliards de personnes seront contaminées dans les dix ans à venir.

Voici les symptômes de cette terrible maladie :

1- Tendance à se laisser guider par son intuition personnelle plutôt que d’agir sous la pression des peurs, idées reçues et conditionnement du passé.

2- Manque total d’intérêt pour juger les autres, se juger soi-même et s’intéresser à tout ce qui engendre des conflits.

3- Perte complète de la capacité de se faire du souci (cela représente l’un des symptômes les plus graves).

4- Plaisir constant d’apprécier les choses et les êtres tels qu’ils sont, ce qui entraîne une disparition de l’habitude de vouloir changer les autres.

5- Désir intense de se transformer soi-même pour développer ses potentiels de santé, de créativités et d’amour.

6- Attaques répétées de sourires, ce sourire qui dit " merci " et donne le sentiment d’unité et d’harmonie avec tout ce qui vit.

7- Ouverture sans cesse croissante à l’esprit d’enfance, à la simplicité, au rire et à la gaieté.

Si vous voulez continuer à vivre dans la peur, les conflits, la maladie et le conformisme, évitez tout contact avec des personnes présentant ces symptômes. Cette maladie est extrêmement contagieuse. Si vous présentez déjà des symptômes, sachez que votre état est probablement irréversible. Les traitements médicaux chimiques peuvent faire disparaître momentanément quelques symptômes, mais ne peuvent s’opposer à la progression inéluctable du mal. Aucun vaccin anti-bonheur n’existe. Comme cette maladie du bonheur provoque une perte totale de la peur de mourir qui est le pilier central des croyances de la société matérialiste moderne, des troubles sociaux graves risquent de se produire, tels que grèves de l’esprit belliqueux, rassemblements de gens heureux pour chanter, danser et célébrer la vie, cercles de partages et de guérison, crises collectives de fou rire.

Trouvé je ne sais où sur le web !

Posté par clise à 11:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


18 septembre 2009

Auto...

Ses doigts effilés aux ongles soignés caressaient
Son bras, elle ne songeait à rien, absente à elle-même
Inexistante. La lenteur du geste rythmait le vide.

Ses doigts effilés aux ongles soignés striaient
Son avant bras, elle souriait à travers ses larmes
Vivante. Son geste saccadé écopait le trop plein.

Ses doigts effilés aux ongles soignés lacéraient
La paume de sa main, elle hurlait sa déchirure intérieure.
Morte à elle-même, rien d’autre que la douleur pour exister.

consigne: incipit:  Ses doigts effilés aux ongles soignés caressaient

Posté par clise à 21:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 septembre 2009

Parce que le temps court...pensée zen

Ne dîtes plus: "je n'ai pas le temps"
mais "ce n'est pas une de mes priorités".
ce que vous décidez de faire est une question de priorité.
pas de temps.

Merci Christiane pour ce livre de pensées zen que tu m'as offert, il est plein de richesse comme toute amitié.

Posté par clise à 07:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

11 septembre 2009

Silence ....

Remballez vos beaux mots

Vos gros mots

Ravalez vos murmures

Vos cris stridents

Balayez vos compliments

Vos jurons

Liquidez vos discours pompeux

Vos mots d’esprit

Faites valser vos quolibets

Vos jeux de mots

Envoyez promener le verbe

Le sujet et les compléments

Je vous embarque

Dans une contrée

Muette

consigne: une contrée imaginaire

Posté par clise à 10:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 septembre 2009

Parce qu'elles agacent ...haïkus

          Un humain

Une mouche

        Dans la vaste chambre

Issa

Posté par clise à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2009

A méditer: responsabilité

Nous sommes tous responsables à 100% de notre façon de réagir à toute situation qui se présente au cours de notre vie.

Nous ne pouvons culpabiliser personne d'autre que nous pour ce qui nous arrive, c'est à dire que nous ne devons pas croire que les autres doivent assumer les conséquences de nos décisions ou réactions. Nous ne pouvons pas nous culpabiliser pour les décisions des autres et surtout celles de nos proches, c'est à dire nous ne devons pas croire que nous devons assumer les conséquences de leurs décisions ou réactions.

Lise Bourbeau.

Posté par clise à 08:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]