24 août 2012

La vie en zen

Efforcez vous 24 heures de parler
avec motié moins de mots.

Posté par clise à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 août 2012

La vie en zen

Méfiez vous de la perfection.
"l'eau trop pure n'a pas de poissons"
proverbe zen

Posté par clise à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 août 2012

La vie en zen

Prenez racine.
Sous un tilleul,
sur un banc,
ou à une terrasse de café.

Prenez racine.

Posté par clise à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 août 2012

La vie en zen

Evitez d'aller décrocher la lune
Si vous avez déjà les étoiles.

Posté par clise à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2012

Tangente vers l'est de Maylis de Kerengal

Dès l'ouverture de ce bref roman, on prend le train en marche, en l'occurrence le Transsibérien, déjà loin de Moscou, à mi-chemin de l'Asie. Le long du corridor, se presse une foule de passagers de 3e classe bardés de bagages, d'où se détache une horde de jeunes hommes en tenue camouflage agglutinés dans la fumée de cigarettes, que le sergent Letchov conduit à leur caserne d'affectation en Sibérie. Parmi eux, Aliocha, grand et massif, âgé de vingt ans , comme désarmé face aux premiers bizutages qui font partie du rituel de ces transports de conscrits. Hélène, une Française de 35 ans, montée en gare de Krasnoïarsk. Elle vient de quitter son amant Anton, un Russe rencontré à Paris  . Malgré les barrières du langage, Aliocha et Hélène vont se comprendre à mi-mots. Toute une nuit, au gré d'un roulis engourdissant, ils vont partager en secret le même compartiment,  Ce texte a été conçu dans le cadre du voyage d'écrivains dans le Transsibérien organisé par Cultures France pendant deux semaines, en juin 2010, sur la partie orientale du trajet Novossibirsk-Vladivostok. Sa première version, sous forme de fiction radiophonique, a été profondément remaniée pour le présent volume.

Superbe!

Posté par clise à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


19 août 2012

Grâce de Delphine Bertholon

 Dès que je passai le seuil de la maison, je sus que quelque chose n’allait pas. »
1981. Dans sa maison près de Villefranche-sur-Saône, la très jolie Grâce Marie Bataille, trente-trois ans, vit au rythme des retours de son mari, représentant en électroménager, lorsqu’une jeune fille au pair d’origine polonaise vient perturber une vie qui semblait jusque-là tracée à la craie… En 2010, Nathan, son fils, vient fêter Noël en famille. Mais cette année, tout est différent. Nathan apprend que son père, disparu sans crier gare trois décennies plus tôt, a refait surface. D’inquiétants phénomènes surviennent alors dans la maison familiale.
Dialogue virtuel entre une mère et son fils à trente ans d’intervalle, Grâce invoque les fantômes, les secrets et les non-dits familiaux, sur le rythme staccato d’un thriller psychologique.

Tous les ingrédients pour une lecture d'été, des personnages attachants, un peu de suspens, le tout à Lyon-Villefranche, lecture facile !

Posté par clise à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 août 2012

Pensée légère

Léger, léger:

Imaginer que l'on est calme, léger, insouciant
tel un oiseau planant dans un ciel d'été

Posté par clise à 08:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 août 2012

Supplément à la vie de Barbara Loden de Nathalie Léger

Supplément à la vie de Barbara Loden est un récit où s’imbriquent de multiples quêtes et enquêtes et où s’entremêlent plusieurs vies de femmes, l’enquête centrale étant menée par la narratrice de ce puzzle sensible via le destin de Barbara Loden, actrice et réalisatrice d’un chef d’œuvre du cinéma indépendant américain, Wanda, un long métrage (l’unique réalisé par Barbara Loden et pour lequel elle se met en scène) qui suit le destin d’un personnage borderline, fragile, sensible, perdu, qui terminera sa vie en prison après un braquage raté : Wanda. S’il y a en effet dans les deux créations artistiques une forme d’enquête (dans le récit on voit très bien comment la narratrice fait tout pour trouver des informations), ce qui les rassemble est plus profond encore. L’errance, le tremblé de l’existence et les quêtes identitaires, celles de Wanda, de Barbara Loden et de Nathalie Léger, sont au cœur de ces œuvres. Et à chaque fois, que ce soit par l’image ou par l’écriture, ce sont elles-mêmes (leur fragilité d’être au monde, leur mélancolie et leur opiniâtreté) que Nathalie Léger et Barbara Loden, consciemment ou pas, interrogent à travers la vie de celles qu’elles suivent, observent, accompagnent. Nathalie Léger ici poursuit donc le travail commencé par la réalisatrice américaine morte très tôt à l’âge de 48 ans. Mais une fois encore, on sent bien que cette entreprise fraternelle a ses limites, ses manques, ses creux – et c’est d’ailleurs ce qui nous touche. La question de la filiation est également au centre de ce récit ; une femme laissant sa place à une autre femme dans ces chassés-croisés, on ne s’étonnera donc pas de voir apparaître ici et là la figure maternelle et la mère de la narrat

Superbe! je me suis perdue dans les différents personnages, mais c'est là sans doute que nous mène ce livre, l'écriture est belle....

Posté par clise à 07:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 août 2012

Pensée positive

Il n'est de devoir
que celui d'être positif
et de décider qu'aujourd'hui
sera une belle journée.

Posté par clise à 06:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2012

Pensée sans regret

Sans regret

Quand on a  fait tout ce que l'on pouvait
pour obtenir ou réaliser quelque chose
et que l'on échoue, il n'y a rien à regretter.
C'est qu'il devait en être ainsi.

Posté par clise à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]