02 novembre 2012

Pensée

L'herbe est toujours plus verte chez les autres...
jusqu'à ce qu'on découvre que c'est du gazon artificiel.

Jacques Salomé

Posté par clise à 19:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 octobre 2012

L'amour commence en hiver de Simon Van Booy

"Je voulais seulement me plonger dans son regard vert, écouter le son cadencé de sa voix, comme si ses mots étaient les notes que j'avais toujours cherché à entendre, celles que je n'avais jamais jouées, les sons mêmes de la vie." Dans l'étui de son violoncelle, Bruno conserve un talisman : une moufle, celle que portait une enfant morte il y a vingt ans. Dans sa poche, Hannah a glissé un fruit cueilli sur l'arbre aux oiseaux, qu'aimait son frère Jonathan. Jusqu'à ce que leurs chemins se croisent, ils ignorent tout du mystérieux enchaînement qui les conduit l'un vers l'autre. Comment se reconnaître? Il faut croire encore aux miracles.

Un de ces petits livres comme des perles que j'adore! ( merci à celle grace à qui j'ai la chance de faire ces découvertes!)

Posté par clise à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2012

Barbe bleue de Amélie Nothomb

Dans une redécouverte toute personnelle du célèbre conte de Perrault, la romancière raconte l’histoire de Satumine, une jeune femme qui recherche une colocation. Elle tombe alors sur une annonce qui lui propose une grande chambre dans un bel appartement d’un quartier sympa de Paris. Elle est choisie  par le propriétaire, don Elemirio Nibal y Milcar. L’homme est aussi étrange que son nom et interdit à Satumine l’accès à une pièce de l’appartement. ....

J'aime, c'est insolite, l'écriture reste la même, plus qu'agréable à lire, j'ai passé un bon moment !
Chaque année je lis le " Amélie Nothomb".....

 

Posté par clise à 06:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 octobre 2012

Ecoutes ton âme....

"aujourd'hui, ton corps est plus vrai
que ton âme, demain, ton âme sera
plus vraie que ton corps."

gustave Thibon

Posté par clise à 14:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2012

Le roi n'a pas sommeil de Cécile Coulon

Le roi n'a pas sommeil raconte le destin tragique d'un enfant maudit : Thomas Hogan.
Un conte dont le charme poétique opère irrémédiablement sur le lecteur. A la mort de son père qui lui lègue sa fortune, William Hogan, le père de Thomas, rachète une propriété d'une beauté sauvage et subjuguante : deux hectares de forêts envahis par les framboisiers sauvages et où paissent des cerfs et des biches. Une fois sa fortune dilapidée, il se tue au travail, de jour, à la Scierie du village et, de nuit, à la gendarmerie où il classe les dossiers des affaires les plus sordides. Est-ce cette proximité avec le crime ? Il est sombre, triste et violent. ...Evene.

J'ai aimé ce livre, un beau portrait, un petit livre qui se lit dans un souffle...

Posté par clise à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 octobre 2012

Je jette.....

Je jette sur le papier quelques idées
Je jette sur l’irréalité du moment présent un regard flouté
Je jette aux encombrants mon chapeau
Je jette dans les esprits superstitieux le trouble
Je jette sur le feu du désordre de l’eau
Je jette sur un quignon rassis mon dévolu
Assez….n’en jetez plus…. Juste pour faire plaisir aux impromptus….
Je jette à la mer mes dentelles !

Posté par clise à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2012

Pensée

Si ta gueule est de travers,
ne t'en prends pas au miroir

Nicolas Gogol

Posté par clise à 09:53 - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 octobre 2012

Le sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari

Dans un village corse perché loin de la côte, le bar local est en train de connaître une mutation profonde sous l’impulsion de ses nouveaux gérants. À la surprise générale, ces deux enfants du pays ont tourné le dos à de prometteuses études de philosophie sur le continent pour, fidèles aux enseignements de Leibniz, transformer un modeste débit de boissons en “meilleur des mondes possibles”. Mais c’est bientôt l’enfer en personne qui s’invite au comptoir, réactivant des blessures très anciennes ou conviant à d’irréversibles profanations des êtres assujettis à des rêves indigents de bonheur, et victimes, à leur insu, de la tragique propension de l’âme humaine à se corrompre. Entrant, par-delà les siècles, en résonance avec le sermon par lequel saint Augustin tenta, à Hippone, de consoler ses fidèles de la fragilité des royaumes terrestres, Jérôme Ferrari jette, au fil d’une écriture somptueuse d’exigence, une lumière impitoyable sur la malédiction qui condamne les hommes à voir s’effondrer les mondes qu’ils édifient et à accomplir, ici-bas, leur part d’échec en refondant sans trêve, sur le sang ou les larmes, leurs impossibles mythologies.  Actes sud.

J'ai adoré ! donc je vous conseille !

Posté par clise à 09:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 octobre 2012

L'essentiel

L'essentiel,
la pointe de diamant en toute chose
était souvent un je-ne-sais-quoi,
un presque rien

Vladimir Jankélévitch

Posté par clise à 09:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 septembre 2012

deux zébres sur la 30ème rue de Marc Michel-Amadry

Courte fable résolument optimiste, Deux zèbres sur la 30e rue est un de ces romans que l’on lit rapidement et qui nous enchantent, tant il est porteur de bonne humeur. Difficile de ne pas se laisser émouvoir par l’histoire de Mahmoud, ce directeur de zoo palestinien, prêt à tous les subterfuges pour rendre le sourire aux enfants de Gaza. Cette falsification est bel et bien le message d’espoir qu’y voit James, journaliste désabusé, qui retrouve goût à la vie grâce à l’initiative de Mahmoud. Une amitié fraternelle va se nouer entre les deux hommes : l’un palestinien, l’autre américain, ils avaient peu de chance de se rencontrer et de s’apprécier. Leur rencontre va pourtant bouleverser leurs vies respectives, donnant à Mahmoud les moyens de transmettre son message au monde entier, et à James l’envie de vivre à nouveau.
via: la cause littéraire

Comment ne pas aimer ! une lecture douce et agrèable...

 

Posté par clise à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]