10 août 2012

Supplément à la vie de Barbara Loden de Nathalie Léger

Supplément à la vie de Barbara Loden est un récit où s’imbriquent de multiples quêtes et enquêtes et où s’entremêlent plusieurs vies de femmes, l’enquête centrale étant menée par la narratrice de ce puzzle sensible via le destin de Barbara Loden, actrice et réalisatrice d’un chef d’œuvre du cinéma indépendant américain, Wanda, un long métrage (l’unique réalisé par Barbara Loden et pour lequel elle se met en scène) qui suit le destin d’un personnage borderline, fragile, sensible, perdu, qui terminera sa vie en prison après un braquage raté : Wanda. S’il y a en effet dans les deux créations artistiques une forme d’enquête (dans le récit on voit très bien comment la narratrice fait tout pour trouver des informations), ce qui les rassemble est plus profond encore. L’errance, le tremblé de l’existence et les quêtes identitaires, celles de Wanda, de Barbara Loden et de Nathalie Léger, sont au cœur de ces œuvres. Et à chaque fois, que ce soit par l’image ou par l’écriture, ce sont elles-mêmes (leur fragilité d’être au monde, leur mélancolie et leur opiniâtreté) que Nathalie Léger et Barbara Loden, consciemment ou pas, interrogent à travers la vie de celles qu’elles suivent, observent, accompagnent. Nathalie Léger ici poursuit donc le travail commencé par la réalisatrice américaine morte très tôt à l’âge de 48 ans. Mais une fois encore, on sent bien que cette entreprise fraternelle a ses limites, ses manques, ses creux – et c’est d’ailleurs ce qui nous touche. La question de la filiation est également au centre de ce récit ; une femme laissant sa place à une autre femme dans ces chassés-croisés, on ne s’étonnera donc pas de voir apparaître ici et là la figure maternelle et la mère de la narrat

Superbe! je me suis perdue dans les différents personnages, mais c'est là sans doute que nous mène ce livre, l'écriture est belle....

Posté par clise à 07:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 août 2012

Pensée positive

Il n'est de devoir
que celui d'être positif
et de décider qu'aujourd'hui
sera une belle journée.

Posté par clise à 06:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2012

Pensée sans regret

Sans regret

Quand on a  fait tout ce que l'on pouvait
pour obtenir ou réaliser quelque chose
et que l'on échoue, il n'y a rien à regretter.
C'est qu'il devait en être ainsi.

Posté par clise à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 août 2012

Pensée relaxe

Savoir se relaxer:

Pour touver le calme,
il est bien de savoir se relaxer plusieurs minutes par jour,
et s'obliger à cette douce contrainte

Posté par clise à 08:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 août 2012

Pensée douceur

Le bon côté des choses:

S'appliquer à le voir, envers et contre tout - et tous-,
le bon côté des choses.
C'est là l'une des clès de la sagesse

Posté par clise à 08:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]


05 août 2012

la fille de son père de Anne Berest

Elles sont trois soeurs, trois grandes rousses que leur père aime réunir au restaurant, tellement fier de ces belles plantes qui ne manquent pas de caractère. Leur mère est morte depuis longtemps mais son image continue de flotter partout dans la maison, dans les pensées de chacune, dans la pièce qui fut sa chambre et que personne n'ouvre jamais. Rituellement, ils se retrouvent au cimetière, laissant croire que le temps ne passe pas, que le passé est bien à sa place. Un jour, le père a remplacé son épouse par une jeune femme, mais la nouvelle belle-mère accumule les maladresses et les erreurs d'appréciation. Il suffit d'une réunion de famille, d'un anniversaire ou d'un Noël pour que tout éclate : les mystères enfouis sortent du placard et les règlements de comptes ne tardent pas.

J'ai lu avec plaisir, mais un peu décue quand même !
je suis bien d'accord avec la critique de Clara que vous trouverez 
ici

Posté par clise à 13:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2012

Ce qu'il advint du sauvage blanc de François Garde

Au milieu du XIXe siècle, Narcisse Pelletier, un jeune matelot français, est laissé pour mort sur une plage d'Australie. Son équipage est reparti sans se préoccuper de son sort. Dix-sept ans plus tard, un navire anglais le retrouve par hasard : il vit nu, tatoué, sait chasser et pêcher à la manière des aborigènes et a perdu l'usage de la langue française. Là commence la légende du 'sauvage blanc '. Que s'est-il passé pendant ces dix-sept années ? Comment devient-on 'sauvage '? C'est l'énigme que tente de résoudre Octave de Vallombrun qui recueille le sauvage blanc à Sydney et obtient du consul de France qu'il lui soit confié à fins d'étude et de rééducation. Une tâche qui va s'avérer semée d'embûches en ce XIXe siècle où l'anthropologie n'est pas encore inventée et où les préjugés raciaux et le positivisme dominent la pensée. Dans ce véritable roman d'aventures, enlevé et entraînant, les chapitres sur l'enquête de Vallombrun alternent avec le récit du déroutant séjour de Narcisse Pelletier parmi les sauvages, où il va peu à peu perdre son identité. Une relecture originale du mythe du 'bon sauvage '.. ( evene)

Excellent ! A lire, surtout sur ce temps de vacances...

Posté par clise à 18:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 juillet 2012

Pensées en vrac

Plus tu sais, moins tu comprends.
(Tao-Tö King)

Si vous êtes en colère,
l’homme en face se met aussi en colère
comme le reflet dans le miroir.
(Deshimaru)

On a toujours le choix.
Agir ou s’enfuir.
Pardonner ou se venger.
Aimer ou haïr.
(B.Werber)

Posté par clise à 19:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 juillet 2012

Madame Hemingway de paula McLain

Madame Hemingway est la reconstitution imaginée des amours et du mariage de Ernest Hemingway avec sa première épouse (il en aura quatre), Hadley Richardson. Mariés en un éclair, follement amoureux, les Hemingway embarquent le 8 décembre 1921 à bord du Leopoldina pour Paris la trépidante où ils se retrouvent vite au cœur d’une « génération perdue » d’écrivains expatriés qui compte déjà Gertrude Stein, Ezra Pound, James Joyce, F. Scott et Zelda Fitzgerald.

J'ai aimé ce livre,  appris à travers la vie de sa première femme, beaucoup sur la vie et le caractère d'Ernest Hemingway, les années 20 à Paris dans le milieu des artistes, un beau portrait de femme aussi!

Posté par clise à 14:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juillet 2012

Pensée

Dédiée à mon amie Laurence  et à d'autres! 
 

« Continue d’avancer, ne t’arrête pas. 
Car avancer, c’est aller vers la perfection. 
Marche, sans craindre les épines
ou les pierres tranchantes
dont est parsemé
le sentier de la vie. »

Khalil Gilbran
 

Posté par clise à 20:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]