12 mars 2008

dans le café de la jeunesse perdue de Patrick Modiano

"Encore aujourd'hui, il m'arrive d'entendre, le soir, une voix qui m'appelle par mon prénom, dans la rue. Une voix rauque. Elle traîne un peu sur les syllabes et je la reconnais tout de suite : la voix de Louki. Je me retourne, mais il n'y a personne. Pas seulement le soir, mais au creux de ces après-midi d'été où vous ne savez plus très bien en quelle année vous êtes. Tout va recommencer comme avant. Les mêmes jours, les mêmes nuits, les mêmes lieux, les mêmes rencontres. L'Éternel Retour."

L'idée que l'histoire de chacun est indéchiffrable, que les personnages n'en comprendront jamais la signification ou le sens. L'idée que les êtres fuient mais que, dans cette fuite, des traces sont laissées et ne s'effaceront pas. L'idée que le travail de l'écrivain passe par le pistage de ces traces et leur mise en forme, leur emballement pour la lecture, l'idée aussi que Paris (si possible à deux pas de la Seconde Guerre mondiale) est un champ topographique parfait pour que la chasse ait lieu et qu'elle ne se termine jamais.( fluctuat.net)

J'aime les ambiances feutrées parfois mystérieuses des livres de Modiano, une atmosphère, des émotions,
des personnages que l'on n'oublie pas

Posté par clise à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 mars 2008

la tectonique des sentiments

D' Eric Emmanuel Schmitt

Au coeur de sa liaison avec richard Darcy étonnée qu'il ne lui demande pas de l'épouser, Diane Pommeray a l'idée dangereuse de mettre son amant à l'épreuve. Par défi, elle lui fait remarquer combien leur amour a changé, comment leurs sentiments se sont affaiblis. A sa stupeur, il l'admet, la remercie de sa franchise et propose la rupture. L'humiliation, la colère, la haine bientôt, inspirent à Diane une vengeance glaciale et raffinée. Sa fonction de deputé  en contact avec toutes les couches sociales, elle fait la connaissance de deux prostituées roumaines. La plus jeune, Anca, est une merveille de sensibilité et de beauté. Taisant ses raisons profondes, Diane conclut un marché avec elle, à charge pour la jeune fille de séduire Richard. Celui-ci se précipite dans le piège. Mais Diane n'a pas mesuré les conséquences de ses manoeuvres.

De l'amour à la haine, la violence des sentiments, des non dits.. superbe ...

Merci Brigitte!

Posté par clise à 21:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mars 2008

Fragile

Fragile, indocile
une plume dérive
soufflée par l'inconstance
d'un vent léger

Posté par clise à 22:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 mars 2008

pensées -citations

Imaginez que vous vous donnez soudain
le droit d’être furieusement heureux."
Alexandre Jardin

"Nous reconnaissons les choses,
nous ne les connaissons pas."
Gilles Deleuze

"Marche face au soleil sans craindre
l
a brûlure du bonheur
et laisse ton ombre lutter
contre les ténèbres
dans ton dos."
Li-Cam

"La vie est un rêve, c’est le réveil qui nous tue."
Virginia Woolf

"La mélancolie, c’est le bonheur d’être triste."
Victor Hugo

Posté par clise à 20:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 mars 2008

Symbolique de Coralie et Corinne

Corinne: le 18 mai.

En grec, l'étymologie donne la parenté. Saint Dioscore est le patron de Cora, Corinne, Coralie en attendant qu'une femme  soit nommée dans le calendrier

Coralie signifie en celte, "l'entourage, la parenté, l'ami" et témoigne d'un problème sur la parenté dans l'arbre généalogique. La mémoire familiale garderait en souvenir des informations oubliées.

Corinne est le nom d'une brillante poétesse de la Grèce antique, la rivale du poète Pindare. Elle gagnait les concours lyriques. Le prénom Corinne inspira Mme de Staël qui le donna à l'héroïne de son roman: Corinne ou l'Italie, publié en 1807

Posté par clise à 18:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


29 février 2008

Clise Clic

L'envie de vous faire partager mes photos
en respectant l'espace de Bribes de mots
m'amène à créer Clise-Clic
qui prendra tranquillement
son envol dans les prochains jours!

Posté par clise à 21:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 février 2008

La voyageuse de nuit de Françoise Chandernagor

Que savons-nous de nos 'proches'? Lorsque Olga malade, coupe brusquement toute communication avec son entourage, ne parle plus, ne regarde plus, ce sont ses filles qui ouvrent les yeux - sur ce qui les sépare. Dans cette famille en apprence si unie, chacune des quatre soeurs a, en effet, sa propre vision de la mort et sa propre vision de la mère. Les voilà renvoyées à leur enfance et confrontées à cette vérité : dans une famille, personne n'a eu la même mère. Parce qu'Olga, silencieuse, les yeux fermés, est en train de s'effacer, chaque fille découvre sur 'le clan', un clan étrangement matriarcal, ce qu'elle ne savait pas ou n'avait pas voulu savoir - petits secrets qui recomposent peu à peu un puzzle géant dont aucune, jusque-là, n'avait détenu toutes les pièces.

J'ai aimé ce livre et sa tristesse, ses accompagnements, ses secrets de famille, ses souvenirs, sa détresse
un livre de femmes qui croient se connaitrent....

Posté par clise à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vie d'un secret


homme



Il n’en a parlé à personne. Il n’a pas osé.

Un secret c’est un secret.

Un secret on doit l’oublier, le faire oublier.

Il n’a rien dit, juste semé quelques indices

Quelques paroles confuses qui interrogent encore

Quelques papiers dissimulés dans des dossiers anodins

Il avait du penser qu’un jour quelqu’un comprendrait

Quelqu’un rechercherait la vérité

Mais savait-il vraiment lui-même ?

C’est ma grande tante Lucie, prénom de Lumière

Qui a commencé à remuer la poussière du temps

Elle a cherché, ouvert des pistes, défriché, quémandé,

Elle a rassemblé les morceaux sans jamais trouver la solution

Peut être l’a-t-elle trouvée et n’en a parlé à personne ?

Un secret c’est un secret. Je ne sais pas.

Et moi je ne savais rien …..

Je voulais juste faire de la généalogie

C’est dans l’air du temps

J’ai trouvé ces incohérences du temps, des dates

Ces trous dans l’arbre,  je me suis imprégnée

De leur histoire à mes ancêtres

Je suis retournée vers leurs fermes ardéchoises

J’ai fouillé les registres

Fouiné dans les vieux papiers, les vieilles photos

J’ai mené mon enquête

Et j’ai trouvé le secret, pas si grave que ça

On a échappé au viol et à l’inceste

Très prisés dans les secrets de famille

Pourtant maman m’a dit : n’en parle à personne !

Alors moi je ne sais plus….

Juste que je m’appelle Claire

Elle est pourtant très claire cette histoire de secret

Et elle illumine bien des parts d’ombre.

Posté par clise à 14:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 février 2008

Arbre et grille

Photos d'arbres, photos de grilles , j'ai trouvé un arbre
qui a grandi autour d'une grille.
presque incroyable!


Arbre_et_grille

Arbre_et_grille_1

Posté par clise à 08:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

23 février 2008

A l'abri de rien d'Olivier Adam

Marie néglige sa famille, oublie ses enfants.  Marie en fait trop (ou pas assez...), passe du côté de l'illégalité, dérive,  bascule dans la folie pour réparer l'injustice du monde. Un roman bouleversant où se superposent et s'affrontent la misère ordinaire d'un quotidien sans espoir et le dénuement total d'exilés pourchassés. Entre ces deux univers, gens d'ici et malheureux d'ailleurs, peu de solidarité, la haine parfois prête à surgir. L'émotion affleure à chaque phrase de ce récit tendu, où une héroïne fragile se fracasse sur les récifs de l'existence.


J'ai aimé ce livre parce qu'il se joue au bord de la folie, le dialogue intérieur d'une femme désepérée par la vie, une immense émotion...

Posté par clise à 21:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]