29 avril 2008

l'éloge de la faiblesse

d' Alexandre Jollien

un livre parlant du handicap, Alexandre est IMC, philosophe,
il nous raconte son parcours
nous parle du regard des autres
de la vie en institution, et
de tout le reste...

Bien belle leçon pour les professionnels
J'aime ce genre de livre qui oblige à se remettre en cause
à réfléchir....

Faites un détour par chez lui...même si la situation de handicap
c'est pas votre truc !

http://www.alexandre-jollien.ch/

Posté par clise à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 avril 2008

La consolante d'Anna Gavalda

Résumé de l'éditeur:

« Charles Balanda, 47 ans, architecte à Paris, apprend incidemment la mort d'une femme qu'il a connue
quand il était enfant, et adolescent.
« Il déchire la lettre et la jette dans la poubelle de la cuisine. Quand il relève son pied de la pédale et que le couvercle retombe, clac, il a l’impression d’avoir refermé, à temps, une espèce de boîte de Pandore, et, puisqu’il est devant l’évier, s’asperge le visage en gémissant.
Retourne ensuite vers les autres. Vers la vie. Se sent mieux déjà. Allez... C’est fini.
C'est fini, tu comprends ?
»
Le problème, c'est que non, il ne comprend pas. Et il n'y retourne pas, vers la vie. Il perd l’appétit, le sommeil, abandonne plans et projets et va essayer de comprendre pourquoi tour se fissure en lui; Et autour de lui. Commence alors un long travail de deuil au bout duquel il est obligé de se rendre à l’évidence : l’échelle de cette vie-ci est illisible et il faut tout rebâtir.» .

Comme dans tous les "gros" livres, j'ai trouvé des longueurs, surtout la première partie mais je me suis "accrochée" et finalement je ne suis pas déçue parce que la deuxième partie du livre est excellente!

Posté par clise à 07:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 mars 2008

dans le café de la jeunesse perdue de Patrick Modiano

"Encore aujourd'hui, il m'arrive d'entendre, le soir, une voix qui m'appelle par mon prénom, dans la rue. Une voix rauque. Elle traîne un peu sur les syllabes et je la reconnais tout de suite : la voix de Louki. Je me retourne, mais il n'y a personne. Pas seulement le soir, mais au creux de ces après-midi d'été où vous ne savez plus très bien en quelle année vous êtes. Tout va recommencer comme avant. Les mêmes jours, les mêmes nuits, les mêmes lieux, les mêmes rencontres. L'Éternel Retour."

L'idée que l'histoire de chacun est indéchiffrable, que les personnages n'en comprendront jamais la signification ou le sens. L'idée que les êtres fuient mais que, dans cette fuite, des traces sont laissées et ne s'effaceront pas. L'idée que le travail de l'écrivain passe par le pistage de ces traces et leur mise en forme, leur emballement pour la lecture, l'idée aussi que Paris (si possible à deux pas de la Seconde Guerre mondiale) est un champ topographique parfait pour que la chasse ait lieu et qu'elle ne se termine jamais.( fluctuat.net)

J'aime les ambiances feutrées parfois mystérieuses des livres de Modiano, une atmosphère, des émotions,
des personnages que l'on n'oublie pas

Posté par clise à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2008

La voyageuse de nuit de Françoise Chandernagor

Que savons-nous de nos 'proches'? Lorsque Olga malade, coupe brusquement toute communication avec son entourage, ne parle plus, ne regarde plus, ce sont ses filles qui ouvrent les yeux - sur ce qui les sépare. Dans cette famille en apprence si unie, chacune des quatre soeurs a, en effet, sa propre vision de la mort et sa propre vision de la mère. Les voilà renvoyées à leur enfance et confrontées à cette vérité : dans une famille, personne n'a eu la même mère. Parce qu'Olga, silencieuse, les yeux fermés, est en train de s'effacer, chaque fille découvre sur 'le clan', un clan étrangement matriarcal, ce qu'elle ne savait pas ou n'avait pas voulu savoir - petits secrets qui recomposent peu à peu un puzzle géant dont aucune, jusque-là, n'avait détenu toutes les pièces.

J'ai aimé ce livre et sa tristesse, ses accompagnements, ses secrets de famille, ses souvenirs, sa détresse
un livre de femmes qui croient se connaitrent....

Posté par clise à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2008

A l'abri de rien d'Olivier Adam

Marie néglige sa famille, oublie ses enfants.  Marie en fait trop (ou pas assez...), passe du côté de l'illégalité, dérive,  bascule dans la folie pour réparer l'injustice du monde. Un roman bouleversant où se superposent et s'affrontent la misère ordinaire d'un quotidien sans espoir et le dénuement total d'exilés pourchassés. Entre ces deux univers, gens d'ici et malheureux d'ailleurs, peu de solidarité, la haine parfois prête à surgir. L'émotion affleure à chaque phrase de ce récit tendu, où une héroïne fragile se fracasse sur les récifs de l'existence.


J'ai aimé ce livre parce qu'il se joue au bord de la folie, le dialogue intérieur d'une femme désepérée par la vie, une immense émotion...

Posté par clise à 21:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


06 janvier 2008

Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay

Elle s'appelait Sarah’ fait partie de ces romans utiles, qui se font un devoir de perpétuer la mémoire. D'ailleurs Tatiana de Rosnay l'a même inscrit sur la couverture 'Pour ne pas l'oublier’ tout simplement. Car la petite Sarah est une de ces enfants, qui en juillet 1942, ont été déportés lors de la rafle du Vélodrome d'Hiver. Il ne fait rapidement aucun doute pour le lecteur que cette petite fille fictive n'est que le reflet de tous les enfants enfermés ce jour-là. Avec une justesse poignante, Tatiana de Rosnay décrit les conditions d’enfermement, les sentiments confus d’une enfant que la vie confronte trop jeune à la violence des adultes. Il est difficile de ne pas se passionner pour la quête de Sarah tant l’écriture de l’auteur suinte une farouche volonté de vivre.
Parallèlement au calvaire de cette enfant, on découvre la vie de Julia Jarmond, journaliste américaine à Paris qui, pour les besoins d'un article, doit se renseigner sur ce funeste 16 juillet 1942. Elle découvre alors l’amnésie qui frappe la plupart des Français qu’elle rencontre. Cette héroïne moderne doit dans un même temps surmonter les embûches de sa propre vie personnelle et semble se nourrir du courage de Sarah pour y parvenir.
Bien plus qu’un simple roman, ‘Elle s’appelait Sarah’ remet les pendules à l’heure et semble tirer une sonnette d’alarme : non, il ne faut ni minimiser, ni oublier un tel acte.
Avec ce livre, Tatiana de Rosnay émeut, enseigne et surtout rend un hommage poignant à ces familles décimées du jour au lendemain. Un livre à faire lire aux plus jeunes pour qu'ils puissent à leur tour savoir ce qui s'est passé et surtout, ne pas oublier.  (Evene)

De père français et de mère anglaise, Tatiana a vécu aux Etats Unis
et a étudié à l’Université d’East Anglia en Angleterre.
Tatiana revendique sa double culture qui lui donne un point de vue particulier sur le monde et ses contemporains.
Tatiana de Rosnay vit et écrit à Paris, elle est mariée et mère de deux enfants.

A lire pour ne pas oublier...même si parfois nous avons plus envie de lire sur ce sujet....parce que tellement de livres en parlent...alors celui là est un excellent rappel !

Posté par clise à 13:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 décembre 2007

Le rapport Brodeck de Philippe Claudel

Le métier de Brodeck n’est pas de raconter des histoires. Son activité consiste à établir de brèves notices sur l’état de la flore, des arbres, des saisons et du gibier, de la neige et des pluies, un travail sans importance pour son administration. Brodeck ne sait même pas si ses rapports parviennent à destination. Depuis la guerre, les courriers fonctionnent mal, il faudra beaucoup de temps pour que la situation s’améliore. « On ne te demande pas un roman, c’est Rudi Gott, le maréchal-ferrant du village qui a parlé, tu diras les choses, c’est tout, comme pour un de tes rapports. » Brodeck accepte. Au moins d’essayer. Comme dans ses rapports, donc, puisqu’il ne sait pas s’exprimer autrement. Mais pour cela, prévient-il, il faut que tout le monde soit d’accord, tout le village, tous les hameaux alentour. Brodeck est consciencieux à l’extrême, il ne veut rien cacher de ce qu’il a vu, il veut retrouver la vérité qu’il ne connait pas encore. Même si elle n’est pas bonne à entendre. « A quoi cela te servirait-il Brodeck ? s’insurge le maire du village. N’as-tu pas eu ton lot de morts à la guerre ? Qu’est-ce qui ressemble plus à un mort qu’un autre mort, tu peux me le dire ? Tu dois consigner les événements, ne rien oublier, mais tu ne dois pas non plus ajouter de détails inutiles. Souviens-toi que tu seras lu par des gens qui occupent des postes très importants à la capitale. Oui, tu seras lu même si je sens que tu en doutes... » Brodeck a écouté la mise en garde du maire. Ne pas s’éloigner du chemin, ne pas chercher ce qui n’existe pas ou ce qui n’existe plus. Pourtant, Brodeck fera exactement le contraire.

C'est tellement bien écrit, décrit, les lieux, les émotions, les personnages...
C'est tellement sombre.... inhumain...et à la fois des touches d'amour profond...

C'est comme un conte philosophique ...les hommes, l'humanité
A nous de choisir le niveau de lecture, de compréhension...des messages

Posté par clise à 14:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 novembre 2007

Baisers de cinéma de Eric Fottorino

« Je ne sais rien de mes origines. Je suis né à Paris de mère inconnue et mon père photographiait les héroïnes. Peu avant sa mort, il me confia que je devais mon existence à un baiser de cinéma. »

Baisers de cinéma" est un roman à multiples entrées. Histoire d'une passion dévorante, étouffante, destructrice. Hommage au cinéma, aux pellicules noir et blanc des Truffaut, Malle ou Godard que l'on a envie de revoir dans les petites salles du VIe arrondissement, dernières survivantes du cinéma d'arts et d'essais parisien. Récit d'une quête : celle de la mère, inconnue et fantasmée, souvenirs d'un père, regretté et rejeté. Tous ces fils se tissent sous les mots doux d'Eric Fottorino qui semble partager avec ses personnages la passion de la lumière. Il déroule son roman comme une bobine de film, éclaire les apparences, tamise l'intimité et laisse dans l'ombre les mystères des êtres, des sentiments et du hasard.(l'internaute)

Le livre vient de recevoir le prix Fémina, il le mérite bien! J'ai aimé ce livre, la quête d'une mère, le cinéma, tout en douceur.....j'ai passé un excellent moment de lecture.

Posté par clise à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 octobre 2007

Le canapé rouge de Michèle Lesbre

Anne, la narratrice, égrène ses souvenirs lors d’un voyage
transsibérien sur les traces d’un amour perdu,
et raconte l’amitié qui la lie à sa voisine,
Clémence, une vieille dame fantasque
qui lui donnera une magnifique leçon de vie.
Nostalgique et sensible, ce livre est, pour moi, au dessus du lot !!!!

une écriture si belle qu'elle donne envie, et qu'elle résonne
encore longtemps après que la lecture soit achevée...
voila un livre que j'offrirai.....

Posté par clise à 19:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 octobre 2007

L'innocence de Tracy Chevalier

Cette romancière américaine a un réel talent pour nous plonger dans les ambiances d’une autre époque. Tracy Chevalier nous invite en Angleterre un siècle plus tard.

A Londres, Jem et Maisie, enfants adolescents d’un ébéniste de campagne, découvrent un monde ouvrier âpre où il est difficile de se faire une place. Loin de ce monde industriel résonnent
les échos de la Révolution française. Auprès de leur voisin, le poète et peintre William Blake, ils grandiront mais laisseront en chemin illusions et innocence. Une belle manière de remonter le temps.

biographie:
Tracy Chevalier est née à Washington en octobre 1962. Elle a fait ses études dans l'Ohio. En 1984 elle est allée à Londres pour un séjour de 6 mois et finalement elle y habite encore aujourd'hui.

Bibliographie:

La jeune fille à la perle,  2002  vous connaissez, j'en suis sure ....
Le récital des anges, 2002    superbe histoire
La dame à la licorne, 2003    celui que j'ai le moins aimé!
La Vierge en bleu, 2004   j'ai adoré
L'innocence, 2007 passionnant, attachant, très belle histoire, à lire !

Posté par clise à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]