30 juin 2009

Les jours, les mois, les années de Yan Lianke

...Une terrible sécheresse contraint la population d'un petit village de montagne à fuir vers des contrées plus clémentes. Incapable de marcher des jours durant, un vieil homme demeure ...

Un très beau livre, poignant, très dur...la survie d'un homme
et son chien.  âmes sensibles...attention !
j'ai beaucoup aimé ce livre.

Posté par clise à 11:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


La mauvaise rencontre de Philippe Grimbert

Loup va connaître ses premiers émois et ses premiers deuils aux côtés des trois personnages à qui ce livre est dédié : la tendre Nina et la fantasque Gaby, les 'deux' mères qu'il s'est choisies, et Mando, l'ami de coeur, avec qui, depuis la petite enfance, il a tout partagé. La révélation des abîmes que cette amitié recouvrait fera vaciller son existence.

Si j'en parle ici c'est parce que j'ai aimé, sur le même thème j'ai quand même préféré le livre de Besson!
un bon livre d'été avec un petit versant psy!

Posté par clise à 11:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 mai 2009

La vie sauve de Lydie Violet et Marie Desplechin

A la fin août 2001, la vie de Lydie Violet tombe par terre avec la chaise sur laquelle elle est assise. Après la chute, le diagnostic s'abat : une tumeur 'incurable'. Durée de vie statistique : huit ans. Mais dans l'expérience extraordinairement violente qui consiste à affronter l'idée de sa propre disparition, on apprend beaucoup. Sur la force des instants. Sur le courage et la fragilité. Sur les puissances de l'amitié. Et sur notre capacité à rire. De tout. La vie est une maladie mortelle. Mais c'est la vie. C'est ce que nous apprenons au cours de ce 'roman témoignage.

Ce livre est plein de vie et de souffrance mais il n'est pas triste, il est rempli d'énergie.

(je te conseille pas trop Mimi, je connais ta sensibilité...)

Posté par clise à 23:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 avril 2009

Un brillant avenir de Catherine Cusset

Elena, une jeune Roumaine née en Bessarabie et ballottée par l'Histoire, rencontre à un bal en 1958 un homme dont elle tombe passionnément amoureuse. Il est juif, et ses parents s'opposent au mariage. Elena finit par épouser Jacob et par réaliser son rêve : quitter la Roumanie communiste et antisémite de Ceausescu.Emigrer aux Etats-Unis. Elle devient américaine, et se fait appeler Helen. Elle a rompu avec le passé, mais l'avenir n'est plus un rêve. Helen est maintenant confronté à une réalité qui lui échappe : la maladie et la dépression de son mari ; l'indépendance de son fils à qui elle a tout sacrifié, et qui épouse une française malgré l'opposition de ses parents.

Merci à Vanessa de m'avoir prêté ce livre, merci aux lycéens de toujours choisir des livres superbes pour leurs prix,
J'ai passé un excellent moment à lire cette petite saga, c'est plein d'émotions, d'histoire, un vrai plaisir!

Posté par clise à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 avril 2009

le sumo qui ne pouvait pas grossir de Eric-Emmanuel Schmitt

Sauvage, révolté, Jun promène ses quinze ans dans les rues de Tokyo, loin d’une famille dont il refuse de parler. Sa rencontre avec un maître du sumo, qui décèle un « gros » en lui malgré son physique efflanqué, l’entraîne dans la pratique du plus mystérieux des arts martiaux. Avec lui, Jun découvre le monde insoupçonné de la force, de l’intelligence et de l’acceptation de soi. Mais comment atteindre le zen lorsque l’on n’est que douleur et violence ? Comment devenir sumo quand on ne peut pas grossir ?


Petit livre qui poursuit "le cycle de l'invisible", j'ai adoré bien sur, c'est simple mais bien dit, petit rappel de la philosophie zen...a mettre en pratique ... sans modération!

Posté par clise à 09:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


13 avril 2009

Le père de la petite de Marie Sizun

France a quatre ans en 1944 alors que son père est au front. Elle ne l'a pas connu et sent que son retour bouleversera la relation tendre qu'elle a avec sa mère. Il revient enfin, blessé et fragile, et tout devient différent. Les liens se renouent avec difficulté et même si l'indicible est dévoilé, l'interdit transgressé, la fille et le père se trouveront au prix d'une trahison. (evene)

Si vous aviez aimé la femme de l'allemand, alors vous aimerez le père de la petite, c'est superbe, plein d'émotion, tendre et dur à la fois, petit livre qui se lit en une soirée

Posté par clise à 18:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 avril 2009

Nullipare de Jane Sautière

Je voudrais interroger l’ahurissant mystère de ne pas avoir d’enfant comme on interroge l’ahurissant mystère d’en avoir. »
Lors d’une mammographie, la narratrice entend le radiologue la classer dans la catégorie des « nullipares » (femmes n’ayant jamais enfanté). Point de départ d’un questionnement plus large, ce choc lexical conduit l’auteur à une exploration de soi. Dans « nullipare », il y a aussi « nulle part ». C’est pour elle l’occasion de sonder sa part nomade, ses perpétuels déménagements, choisis ou subis, qui révèlent d’autres fêlures. Sensible au regard porté par la société sur « l’ahurissant mystère de ne pas avoir d’enfant », elle reconstitue le puzzle, à la fois tragique et drôle, de ce destin. L’écriture devient l’exercice d’une liberté chargée d’émotions où peuvent se résoudre les tensions grâce à la distance juste d’un regard d’écrivain.

À la fois douce et brutale, intime et distanciée, cérébrale et charnelle, la langue de Jane Sautière s’attaque à l’un des derniers tabous de la condition féminine contemporaine. ( verticale ouvrage)


J'ai vraiment aimé ce livre, plein d'interrogations, qui amène à réfléchir aux choix conscients ou inconscients de nos vies, tellement bien écrit, tellement vrai...


Posté par clise à 16:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 avril 2009

Sur ma mère de Tahar Ben Jelloun

Dans 'Sur ma mère' Tahar Ben Jelloun trace le portrait intense et brûlant des dernières années de la vie de sa mère, années pendant lesquelles elle fut atteinte d'une maladie de la mémoire qui la fait vivre dans les souvenirs de son passé plutôt que dans le présent. Tahar Ben Jelloun raconte comment il est témoin, à sa plus grande stupéfaction, de l'étrange recomposition à laquelle sa mère se livre soudain, au gré de leurs conversations, de tout un pan de l'histoire familiale qu'elle n'avait transmis à personne et qu'il ignorait donc complètement. Devant lui, alors que sa mère s'achemine vers les dernières heures de sa vie, un Maroc oublié resurgit, entre Fès et Tanger, mariages traditionnels et confidences des Hammam... à travers les mots d'une femme qui resta toute sa vie illettrée et qui jamais ne parla d'elle.

Superbe, j'ai adoré , à lire absolument!

Posté par clise à 17:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 mars 2009

Passe un ange noir d'Anne Bragance

Tous les jours, Andrès Soriano, perclus d’arthrose, se poste sur le banc de l’abribus de la ligne numéro 15. C’est là qu’il rencontre Milush, l’adolescente au drôle de prénom. La jeune fille et le vieux monsieur entament la conversation. Elle vit seule avec sa mère ; lui nourrit l’espoir quasi obsessionnel de retrouver l’ange noir qui l’a un jour émerveillé par son chant magnifique… Malgré la disparité de leurs âges, les lourds secrets de famille, les peurs et les peines, une affinité élective hors du commun va se révéler entre la gamine impertinente et le vieil homme, qui fondera peu à peu une belle complicité et illuminera leurs existences.

Quelle chance, cette série de livres, comme je les aime,
que je viens de découvrir et dont je vous laisse quelques bribes
pour vous donner envie ...

Celui là est superbe, plein d'humanité, portraits de personnages
dans leur souffrance qui rencontrent sur leur chemin celui ou celle
qui saura simplement les écouter leur donner un peu de temps,
c'est si simple.... et tellement bien écrit!

Posté par clise à 10:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 février 2009

Le tär de mon père de Yasmine Gatha

Lorsque Hossein hérite du târ (sorte de luth) de son père Barbe Blanche, il ne sait pas qu'il reçoit en même temps de terribles secrets qui le mèneront des geôles d'Ardabil, la ville où vit le fils de Moshen, le condisciple et rival de son père, aux portes de la sainteté.
S'il y a, comme dans les Mille et une nuits, une leçon de sagesse, ou d'humanité, à tirer de cette fable, sûrement est-ce celle que Moshen assène à Barbe Blanche : "La musique ne provoque pas dans le coeur ce qui n'y est pas".

j'ai beaucoup aimé ce petit livre à lire à différents niveaux, petit conte philosophique très poétique

Posté par clise à 07:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]