19 octobre 2011

Rouge argile de Virginie Ollagnier

Rosa vient de perdre Egon, son père « adoptif », seul lien qui la rattache encore à sa maison d’enfance à Meknès, au Maroc. Venue pour un dernier adieu et pour régler la succession, prête à faire table rase de cet héritage qui l’encombre dans sa vie bien établie et bien réglée de Saint-Germain-en-Laye, elle va retrouver une part d’elle-même soigneusement enfouie, depuis vingt ans. Assaillie par des souvenirs encombrants et par la découverte de pans ignorés de l’histoire de ses parents, dévorée par l’affection de sa nourrice marocaine, étourdie par les récits de sa marraine venue la soutenir, Rosa voit peu à peu le désordre et les fantômes du passé s’insinuer dans une vie où chaque chose était à sa place. Le récit est entrecoupé par la voix d’Egon qui raconte son itinéraire de vie. Avec une écriture ciselée et sensuelle, Virginie Ollagnier croise les destins, mêle les voix et retrace des parcours gouvernés pas l’Histoire et les secrets de famille.

 

J'ai aimé, une histoire de famille, des secrets, la vie au maroc, un beau roman tout en émotions

Posté par clise à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 octobre 2011

la vieille dame du riad de Fouad Laroui

Sur un coup de tête, François et Cécile lâchent tout à Paris pour aller s’installer à Marrakech. Quel choc quand ils découvrent, dans une petite pièce au fond du riad qu’ils viennent d’acquérir, une vieille femme qui y semble installée de toute éternité. Ni l’agence immobilière ni les anciens propriétaires ne sont en mesure de leur expliquer ce qu’elle fait là. La femme est très vieille, paisible,
parlant quelques mots d'un dialecte que personne ne comprend et ne paraît absolument pas disposée à quitter les lieux. Cette présence dérangeante plonge le jeune couple dans le plus profond des embarras. Pétris de valeurs humanistes, ils ne savent comment gérer cette situation. Pas question de jeter à la rue une personne aussi fragile. Aucune institution n’est prête à l’accueillir. Impossible de retrouver sa famille. Comment aménager cette cohabitation ? La faire travailler contre le gîte et le couvert ?... mais pour faire quoi ?... La considérer comme une amie de la famille ? Mais ils n’ont absolument rien en commun. Lui trouver une chambre en ville ? Impossible de la faire partir manu militari. Accomplir un acte charitable et l’accueillir comme une SDF ? Se soumettre et accepter cette étrange situation ? Mais cette présence, aussi discrète soit-elle, reste une intrusion insupportable et un viol de l’intimité de ce couple plein de bonnes intentions. Avec cette fable drôle et touchante, Fouad Laroui s’interroge de façon faussement naïve sur les différences culturelles et leur difficile cohabitation. (evene)

 

J'ai aimé, un roman facile à lire et qui retrace l'histoire du maroc à travers des personnages attachants.

 

 

Posté par clise à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 octobre 2011

L'envie de Sophie Fontanel

«Pendant une longue période, qu'au fond je n'ai à coeur ni de situer dans le temps, ni d'estimer ici en nombre d'années, j'ai vécu dans peut-être la pire insubordination de notre époque, qui est l'absence de vie sexuelle. Encore faudrait-il que ce terme soit le bon, si l'on considère qu'une part colossale de sensualité a accompagné ces années, où seuls les rêves ont comblé mes attentes - mais quels rêves -, et où ce que j'ai approché, ce n'était qu'en pensée - mais quelles pensées.
Sur ce rien qui me fut salutaire, et dans lequel j'ai appris à puiser des ressources insoupçonnées, sur ce qu'est la caresse pour quelqu'un qui n'est plus caressé et qui, probablement, ne caresse plus, sur l'obsession gonflant en vous et dont on dit si bien qu'elle vous monte à la tête, sur la foule résignée que je devine, ces gens que je reconnais en un instant et pour lesquels j'éprouve tant de tendresse, je voulais faire un livre.» (quatrième de couverture)

j'ai passé un bon moment, un peu comme un documentaire, des petits tableaux de toutes les situations possibles autour du sujet,
c'est bien écrit. Sans aucun doute un livre pour femmes!

Posté par clise à 09:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 septembre 2011

Les terres saintes de Amanda Sthers

« Saviez-vous qu’en Israël on se servait des porcs pour pourchasser les terroristes ? D’abord parce qu’ils ont un flair hors du commun, ensuite parce que si un musulman touche un cochon, il se voit refuser les sept vierges au paradis. On y élève donc des cochons sur pilotis comme l’exige la loi afin qu’ils ne frôlent pas la terre sainte. Que rêver de mieux comme personnage qu’Harry Rosenmerck, juif ashkénaze, cardiologue parisien qui a tout quitté pour devenir éleveur de cochons en Israël ?
Et puis un rabbin est né pour le contredire : Moshe, qui ne supporte pas cette dérive et encore moins qu’Harry arrondisse ses fins de mois en vendant de la viande impure aux restaus branchés de Tel Aviv, ça les mène forcément vers des discussions politiques. Et qu’y a-t-il de plus critique qu’un juif pour parler de la politique intérieure d’Israël ? Vous connaissez ce dicton sans doute : quand il y a deux juifs dans une pièce, il y a trois avis.David, le fils d’Harry, auteur de théâtre à succès, homosexuel, lui écrit aussi mais son père ne lui répond jamais, incapable d’imaginer son fils dans les bras d’un homme.La fille d’Harry, Annabelle, quitte New York pour fuir un chagrin d’amour et va le retrouver ailleurs en chemin.Et enfin son ex-femme, mère de ses deux enfants, qui se découvre un cancer et revisite leur histoire d’amour et ses zones d’ombre comme si cela pouvait l’aider à affronter la vie et son issue.
C’est un roman sur les limites de chacun, sur ce qu’on ne se dit pas, ou trop tard. Sur les élans du coeur qui restent coincés dans la gorge. Sur les instants qui passent et qu’on n’a pas su saisir. Sur la petite histoire dans la grande. C’est un roman d’amour. »

Et c'est superbe!

Posté par clise à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 septembre 2011

Le premier été de Anne Percin

Deux soeurs, Angélique et Catherine. Deux soeurs différentes qui vont vider la maison de leurs grands-parents décédés. Angélique est mariée, mère de famille, Catherine est célibataire, libraire, solitaire. Elles retournent dans cette maison où elles passaient leurs vacances, enfants puis adolescentes. Cette maison remplie de souvenirs qu’il faut vider, classer, rincer, trier. Des souvenirs d’enfance qui surgissent et que Catherine va enfin assumer.

L'écrire est fine, par petite touches elle nous entraîne vers le secret, l'écriture est belle, l'histoire émouvante , j'ai aimé, plus qu'aimé....

Posté par clise à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 septembre 2011

Les souvenirs de David Foenkinos

Le narrateur, apprenti romancier, prend conscience à l’occasion du décès de son grand-père de tout ce qu’il n’a pas su vivre avec lui. Il comprend que le seul moyen de garder l’amour vivant est de cultiver la mémoire des instants heureux. Dans le même temps, frappée par le deuil, sa grand-mère semble perdre la tête. Il assiste aux manœuvres des proches pour la placer en maison de retraite et vendre à son insu son appartement. Ce qu’il n’a pas su vivre avec son grand-père, il décide alors de le vivre avec elle. Il va la voir souvent, parvient à égayer sa solitude, à la faire rire de tout. Mais elle finit par apprendre que son appartement a été vendu, et fait une fugue… Le narrateur va partir à sa recherche, et la retrouver pour lui offrir ses derniers moments de bonheur. Le hasard lui fait en même temps rencontrer Louise, qu’il va aimer, et qui le quittera. Les souvenirs, nourris de joies, de douleurs et de mélancolie, lui offrent désormais la possibilité d’écrire son roman – et peut-être son avenir.

Superbe, à ne pas manquer, j'aime le mélange d'humour et de sérieux, le réalisme, le dérisoire...la vieillesse avec sa tristesse , avec la vie...qui continue...

Posté par clise à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 septembre 2011

Le pianiste afghan de Chabname Zariâb

" Kaboul gémit sous les détonations.
Moi je gémis devant l'écran de notre télévision. J'ai six ans et je supplie Gédéon, le caneton. [...] Kaboul gémit sous les explosions. Maman nous cloue, ma soeur et moi, devant la télévision en haussant le son. " Mêlant imperceptiblement réalité et fiction, Chabname Zariâb nous raconte son enfance de Kaboul à la France, terre d'accueil pour la petite fille accompagnée de sa mère et de sa soeur aînée.
Mais Milad sera le plus fort : la petite fille devenue grande rentre à Kaboul pour y chercher son "amoureux". Qu'est donc devenu le valeureux chevalier aux doigts de pianiste qui s'est jeté sur elle pour la protéger de la bombe ?       

Un livre superbe, rempli d'émotions, bien écrit...à ne pas manquer 

Posté par clise à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 août 2011

La femme au miroir de Eric Emmanuel Schmitt

Anne vit à Bruges au temps de la Renaissance, Hanna dans la Vienne impériale du début du siècle, Anny Lee à Los Angeles de nos jours. Trois destins, trois aventures singulières, trois femmes infiniment proches tant elles se ressemblent par leur sentiment de différence et leur volonté d'échapper à l'image d'elles-mêmes que leur tend le miroir de leur époque. Tout les éloigne de ce que la société, leur entourage, les hommes ont décidé à leur place. Anne la Flamande ressent des élans mystiques qui l'entraînent vers le béguinage. Hanna, une des premières patientes d'un disciple de Sigmund Freud, enfreint tous les codes familiaux et moraux de son temps. Anny, dont le talent annonce une fulgurante carrière d'actrice, pourrait se révolter contre le modèle hollywoodien. Egalement insoumises et rebelles, laquelle trouvera, et au prix de quels combats, sa vérité et sa liberté ? Or, de manière inattendue et par une suite de hasards objectifs ménagés par l'auteur avec une habileté extrême, ces femmes vont devenir, par delà le temps, les héroïnes d'un seul et même roman. Anne vit à Bruges au temps de la Renaissance, Hanna dans la Vienne impériale du début du siècle, Anny Lee à Los Angeles de nos jours. Trois destins, trois aventures singulières, trois femmes infiniment proches tant elles se ressemblent par leur sentiment de différence et leur volonté d'échapper à l'image d'elles-mêmes que leur tend le miroir de leur époque. Tout les éloigne de ce que la société, leur entourage, les hommes ont décidé à leur place. Anne la Flamande ressent des élans mystiques qui l'entraînent vers le béguinage. Hanna, une des premières patientes d'un disciple de Sigmund Freud, enfreint tous les codes familiaux et moraux de son temps. Anny, dont le talent annonce une fulgurante carrière d'actrice, pourrait se révolter contre le modèle hollywoodien. Également insoumises et rebelles, laquelle trouvera, et au prix de quels combats, sa vérité et sa liberté ? Or, de manière inattendue et par une suite de hasards objectifs ménagés par l'auteur avec une habileté extrême, ces femmes vont devenir, par delà le temps, les héroïnes d'un seul et même roman. (evene.fr)

Que dire? je suis une fan de E E Schmitt...alors oui j'ai aimé,   j'ai été un peu déçue par l'écriture, moins raffinée que d'ordinaire...parfois un peu trop caricatural...mais bien sur à lire sans modération !

Posté par clise à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La parole perdue de Frédéric Lenoir

Johanna, héroïne du précédent roman "La promesse de l'ange", est toujours une archéologue passionnée. Son chantier actuel se trouve dans la Basilique de Vézelay. Elle recherche les traces d'un ancien culte voué à Marie Madeleine. Son travail est interrompu par l'annonce de l'assassinat d'un confrère à Pompéi sur le chantier de Tom son ami. Elle ne peut se douter qu'une éprouvante course contre la montre va s'enclencher. En effet, lors d'une visite à Johanna, Tom offre à sa fille Romane un denier des premiers siècles trouvé à Pompéi. Subitement l'enfant tombe mystérieusement malade. Elle est assaillie par de fortes poussées de fièvre et par de terribles cauchemars dans lesquels elle se retrouve à Pompéi pendant l'éruption du Vésuve en 79. Dans ce thriller passionnant s'entrecroisent avec habileté époques, lieux et personnages autour d'un mystérieux écrit transmis par Marie Madeleine avant de mourir.

Très interessant sur le plan historique, religieux, l'intrigue se tient bien, un excellent roman pour les vacances

 

Posté par clise à 07:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2011

Mon amour, ma vie de Claudie gallay

Dan, jeune Rom d'une douzaine d'années, est le dernier rejeton de la famille Pazzati, une vieille famille du cirque en bout de course. Il y a Pa', Main', et les trois oncles, échoués sur un bout de terrain vague, en bord du périphérique d'une grande ville. La bâche du cirque est trouée, depuis longtemps on ne donne plus de spectacles. Il n'y a rien d'autre que les conversations le soir autour du feu de camp où l'on se rappelle le temps de la splendeur, en mangeant des sardines à l'huile ou des saucisses grillées.

Dan voudrait de l'amour, celui de sa mère qui est si belle quand elle relève ses jupes et fait ralentir les camions sur le périph. Mais Dan ne sera jamais un vrai Rom, comme son père, qui est combinard et voleur. Il ne sait pas jongler, il ne sait pas se battre, il sait juste parler à Petit Max, son frère mort qui est réfugié en lui, et caresser sa guenon, Tamya, avec qui il partage tout, l'odeur, les maladies et l'espoir de voir un jour la mer.


C'est beau, c'est superbe, c'est terrible, c'est simple....belle lecture

 

 

Posté par clise à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]