14 mai 2008

Cartomancienne

scan0001
Madame Raïa, cartomancienne rue Vilin Paris 20e
De Robert Doisneau

Elle a manqué de tout

Sur le pas de sa  vie

Sur le pas de la porte

Elle chope les passants

Sans dessus dessous

Elle tire les tarots

Dans son échoppe

Et pour quelques sous

Leur prédit…leur envies

Elle a manqué de tout

Sur le pas de la porte

Sur le pas de la vie

Au creux de votre main

De vous elle fait le tour

Sans détour

Et vous prédit demain

Sur le pas de votre vie

Vous envoute

Et pour quelques soirs

Une étincelle d’espoir

Vous déroute

Posté par clise à 13:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


28 mars 2008

La mercerie

Je vois un mur de laines multicolores
arc en ciel démultiplié
je vois le vert s'aniser, le jaune s'éclaircir
le rose rougir, le rouge violacer
le violet noircir
Je vois des casiers déborder de boutons
méthodiquement alignés
de plus en plus gros
de plus en plus beaux
de plus en plus originaux
je vois des centaines de bobines
de fils roulottés cascader
dans les dévidoirs
je vois les aiguilles
cachées sous les fils
se piquer de jalousie
et derrière le comptoir
je vois la moustache de mon grand-père.

Consigne: travailler sur l'énumération et l'accumulation

Posté par clise à 18:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 janvier 2008

Ma table de cuisine

Consigne:  décrire un rituel dans la cuisine....un événement, une pensée change le cours des choses.

Parce que ma table de cuisine n’a rien d’une table de cuisine tellement elle est encombrée, je me dois, de la ranger, disons plutôt de la libérer, quand l’indice de débordement atteint un seuil critique, alors tranquillement, je trie ce qui doit se garder et trouvera sans doute une place ailleurs, je jette le crouton trop dur, le périmé, la boîte vide, le sel retrouve son espace entre poivre et herbes de Provence dans le placard du haut, mon esprit vagabonde, parce que j’aime ce désordre, signe de vie, je range et cela me dérange, j’ouvre les placards, j’entasse les tasses, équilibre douteux, je tourne, je retourne les casseroles, la porte finira bien par fermer. La toile cirée réapparait peu à peu, elle respire, je la nettoie des miettes oubliées, au fond contre le mur la rangée des indispensables  … impossible de m’en défaire…Sourire, je revois avec un brin de nostalgie la table du pépé Barbot, bien pire que la mienne, sa table de cuisine et sacrément pratique d’avoir tout sous la main…
Au fond, devant la rangée des indispensables je vais laisser la rangées des pratiques et encore devant tout pour le petit déjeuner, je pourrai me lever un peu plus tard demain matin et puis ma table de cuisine…elle n’aime pas le vide !

Posté par clise à 22:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 janvier 2008

voeux

consigne: voeux en forme de pastiche d'une offre d'emploi

Recherche personne polychrome pour colorer 2008
Expérience vivement souhaitée dans la palette
des jobs lumineux afin de rehausser
l'éclat journalier de nos ternes ennuis
Envoyer CV ( concentré vital)
de douceurs et de rires.

Posté par clise à 22:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2008

escaliers

Consigne: On devrait apprendre à vivre davantage dans les escaliers , comment?

S'asseoir sur la dernière marche,
Le menton sur les genoux
et rêver à demain

Sauter les trois dernières marches à pieds joints
les quatre dernières
les cinq....

S'adosser à la rampe
lire, écrire, partir, dormir...

Monter quatre à quatre
Dégringoler les étages
recommencer...jogging matinal

Posté par clise à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 novembre 2007

Extraits

Ma colère est sans cause
je remâche ma rancune
on commence toujours par médire
puis maudire la menace
du possible avec l'impossible
toi qui n'es rien ni personne
vois ce visage de femme
écoutes la musique
réjouis toi des couleurs
douceur de la ligne arrondie
un pétale s'est détaché en silence
pendant que je sommeillais
tout est silencieux
mouvement pétrifié
je touche le bout de l'ennui

consigne: écrit à base d'extraits de textes divers

Posté par clise à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2007

Escapade

Je rêvais d'une cascade
Eternelle promenade
Je rêvais d'un tableau:
Bonne maman inconnue
Un livre écorné sous le bras
Evadée dans la fraîcheur
A l'ombre d'un arbre
racine perdue, égarée
Envolée...nuage blanc
Vol de martinet
Vol d'hirondelle
Transhumance éternelle

Posté par clise à 20:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Persévérance

Bien sur, quand on veut fortement et constamment on réussit .
mais toujours je n'en suis pas certaine et réussit-on vraiment?
pourquoi s'obstiner dans une voie qui n'est pas forcément la bonne
pourquoi ne pas abandonner pour aller ailleurs,
peut être est-ce cela la vraie délivrance, fuir les mauvais choix
et s'atteler à gravir d'autres marches vers des victoires
qui nous appartiennent, persévérer à suivre son chemin de vie
en acceptant les échecs.

consigne: choix d'un mot, dont le thème sera développé par un autre participant
de l'atelier, et avec les mots recueillis, écrire son propre texte

Posté par clise à 20:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

31 mars 2007

portrait de papé

Ce que je sais de lui c’est qu’il portait une petite moustache courte, toujours bien taillée, des lunettes rondes, qu’il ne sortait jamais sans son chapeau.

Ce que je sais de lui c’est qu’il travaillait à la mercerie avec une blouse grise, qu’un sou était un sou, que c’était Monsieur Jean qui l’aidait au magasin et qu’après c’est son fils qui lui a succédé.

Ce que je sais de lui c’est qu’il était trésorier, conseiller presbytéral, qu’au temple il s’asseyait toujours au premier rang à droiteet que sa famille s’installait à gauche.

Ce que je sais de lui c’est que le jour de son anniversaire, il donnait de l’argent à chacun de ses enfants, que sa femme lui offrait un bouquet d’œillets et qu'il montait au cimetière du crêt de roc poser ces fleurs sur la tombe de sa mère et qu’ainsi il la remerciait.

Ce que je sais de lui c’est qu’il a reçu une balle dans la jambe pendant la guerre, qu’il a été soigné par la comtesse d’Eu et qu’il est reparti combattre.

Ce que je sais de lui c’est que pendant le repas il écoutait les informations à la radio et qu’il exigeait le silence.

Ce que je sais de lui  c’est qu’il avait acheté une chenard pour aller en Haute Loire.

Ce que je sais de lui c’est qu’il était ardéchois.

Ce que je sais de lui c’est qu’il n’était pas bavard.

Ce que je sais de lui c’est qu’il avait emmené sa femme à Paris pour la naissance de leur petite fille Danièle.

Ce que je sais de lui c’est qu’il me donnait la main sur la photo jaunie.

ea98006

Posté par clise à 22:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

portrait de mamé

J’ai dans mon album photo quelques clichés de ma grand-mère Alphonsine, nous avons soufflé ensemble les bougies de mes quatre premiers anniversaires, toi, c’étaient tes derniers, nous étions, à quelques heures près, nées le même jour.

Petite dame toute menue aux longues robes noires, tu ne t’habillais qu’en noir, dans le décolleté de ton corsage, de fines dentelles cachaient des cicatrices, ton élégance tenait à peu de choses, peut être à tout ce noir auréolé de ta chevelure blanche, le dimanche tu portais un chapeau à voilette pour aller au concert. Ton regard paraissait lointain, tous ces petits enfants t’ennuyaient, tu aurais voulu lire, écrire à ton amie Julie partie à Paris, jamais tu n’as pu exercer ton métier d’institutrice, les enfants sont venus trop vite, la guerre, encore des enfants, pas de répit, la maison était ton seul univers.

Quelques escapades à la campagne, toujours de noir vêtue, entourée par la famille, prisonnière des tiens : pourquoi n’ai-je jamais rencontré ton sourire ? j’ai retrouvé tes carnets remplis de citations, d’extraits de livres, d’articles de journaux…. je les ai ajouté aux miens.

Posté par clise à 22:09 - - Commentaires [7] - Permalien [#]