Quel rôle joue exactement Livia, la gouvernante suédoise engagée par Léonard Sézeneau, négociant français établi à Stockholm en cette fin du XIXe siècle, pour seconder sa jeune femme, Hulda, dans l'’éducation de leurs quatre enfants ? Quel secret lie l’'étrange jeune fille à cette famille qu’'elle suivra dans son repli en France, à Meudon, dans cette maison si peu confortable et si loin de la lumière et de l'’aisance de Stockholm ? Il semble que cette Livia soit bien plus qu'’une domestique, les enfants l’'adorent, trouvant auprès d’'elle une stabilité qui manque à leur mère, le maître de maison dissimule autant qu'’il peut leur complicité, et Hulda, l’'épouse aimante, en fait peu à peu une amie, sa seule confidente. Rien ne permet de qualifier le singulier trio qui se forme alors. Que sait Hulda des relations établies entre son mari et la gouvernante ? Ferme-t-elle les yeux pour ne pas voir, ou accepte-t-elle l’'étrange dépendance dans la quelle elle semble être tombée vis à vis de Livia ?

J'ai juste vraiment aimé ce livre , comme tous ceux que j'ai déjà lu de Marie Sizun !